21/02/2007

Ca sent la trouille

Ségolène Royal demande à Bayrou "une clarification"

La candidate socialiste Ségolène Royal a demandé mercredi à François Bayrou "une clarification", en soulignant que le candidat UDF, qui se dit "ni de droite ni de gauche", vote avec la droite dans les collectivités territoriales. "J'aimerais bien que les élus de l'UDF viennent m'aider pour servir l'intérêt général de la région", a déclaré sur France Info la présidente de la région Poitou-Charentes. "François Bayrou dit qu'il n'est ni de droite, ni de gauche, je respecte cette position (...) Mais je regarde ce qui se passe dans les collectivités territoriales (...) la réalité des choses", a-t-elle dit.

Or, selon elle, "dans les communes, les départements, les régions, jamais les élus de l'UDF ne viennent conforter des majorités de gauche, même lorsque les décisions prises sont bonnes pour l'avenir des territoires, sont intelligentes". François Bayrou fait campagne sur le thème d'une remise en cause des clivages droite-gauche et n'a pas exclu, s'il était élu, de nommer un Premier ministre de gauche. Mardi à Rennes, Ségolène Royal a accusé implicitement le candidat de l'UDF François Bayrou, de vouloir "brouiller les cartes" de l'élection présidentielle, affirmant que "seule l'union des forces de progrès peut permettre de battre la droite".

"Il faut gagner, et gagner dans la clarté commence par la reconnaissance des identités politiques", a déclaré Mme Royal devant plus de 10.000 personnes (18.000 selon les organisateurs). "Il ne faut pas dissimuler d'où l'on vient", a-t-elle ajouté. Elle a souligné qu'il n'y avait de son côté "aucune ambiguïté" car elle est une "élue socialiste depuis quatre mandats" et à la tête d'une région "au nom d'une majorité réunissant toute la gauche".

"Telle est ma stratégie, l'union des forces de progrès seule permet de battre la droite", a-t-elle affirmé. La candidate du PS a assuré que "ceux qui se disent ni de droite ni de gauche" ont "toujours fini par tomber du même côté", sans toutefois nommer François Bayrou. Elle s'en est prise à ceux qui "cherchent à brouiller les cartes" alors qu'ils sont "comptables du bilan". "Il est temps de faire cesser cette confusion molle et de mettre la vérité devant. La vérité, c'est d'abord la politique par la preuve", a conclu sur ce point Ségolène Royal.
 
Bon , apparemment Marie-Ségolène a compris qui était son adversaire au premier tour, c'est le métier qui rentre .
 
A plus, c'est celà oui .

11:00 Écrit par 0 dans Général | Lien permanent | Commentaires (71) |  Facebook |

Commentaires

trop fort... à ajouter au best of...

"la révolution française est une horreur..."...superbe, loin devant tes maîtres.....

"elle a peut être logé dans un hotel communiste"....oui, là-bas, c'est bien connu, les hotels appartiennent tous au parti....

"les pauvres qui soutiennent Chavez, ils sont contents parce qu'on leur donne une ampoule"...le mépris, l'arrogance, la supériorité occidentale dans toute sa splendeur...venant de toi et parlant d'un des peuples les plus courageux et les plus politisés du monde...c'est du caviar....

PS: tu as raison, parles de Bayrou, c'est ton rayon, et puis, tu dois en avoir plein le cul de poster toujours sur le même blog....tu sais, celui sur lequel je t'ai pris la main dans le pot de confiture, chez toi, alors que tu venais de poster(j'ai vérifié bien sûr...)....sacré sammy va...

Écrit par : quaeps | 22/02/2007

oubli... j'avais oublié "Chavez est un dictateur"...et tu as confirmé en plus......tonton Adler sera fier de toi....

Écrit par : quaeps | 23/02/2007

quaeps pour ton best-of : ...les cubains ont voté contre le projet Varella à 99,??% et même Carter a dit qu'il n'y avait rien à dire car le vote était parfaitement secret...
Pas mal pour une...pétition nominative, chose que tu savais parfaitement bien sûr mais dont tu préfères taire la vérité . D'ailleurs si tu faisais marcher un petit peu ta tête un calcul rapide de ce résultat serait salutaire : 11020 personnes ont signé le projet Varela et il y a 11200000 habitants à Cuba (recensement 2002 époque du projet) . La pétition était destinée aux habitants de plus de 16 ans (majorité légale), à Cuba un peu plus de 1.200.000 personnes ont moins de 16 ans ; celà veut dire qu'au moins 10% des gens ayant signé la pétition "Varela" ont également contre elle (ce si on considère que 100% des gens malades, trop vieux, blessés, dans le coma) se sont déplacés pour voter la pétition "Castro" . Voilà quel type de chiffre on est prêt à prendre pour argent comptant quand on estime celà pour autre chose qu'une grande farce .


Je ne citerai qu'une des énormités qui ont découlé de ton mensonge "Cuba est l'exemple le plus parfait de la démocratie" .


Pour le reste concernant Chavez, je n'ai fait que reprendre les termes de quelqu'un qui a été là-bas (je sais chez une riche qui gagne 1000€ par mois et qui a plusieurs enfants aux études, je me demande comment on ne l'a pas encore pendue) et qui a vu ce qui se passait au Vénézuéla (du moins où elle a été et pour les gens avec qui elle a parlé); ce sont de ses impressions dont je t'ai parlé . Maintenant si tu soupçonnes Migeot Mulleneers d'être une activiste néoconsevatrice à la solde de Bush et chargée de donner une sale réputation à Chavez sur le continent européen , tu ferais bien d'aller de te faire soigner , plutot que de balayer son témoignage parce qu'il te dérange dans tes lointaines certitudes .

Écrit par : jean | 02/03/2007

jean désolé oublié
1. Chavez dictateur , je ne l'ai jamais dit ; je t'ai dit que M. avait ressenti sa présence sur les murs des villes et son omniprésence à la télévision comme les signes d'une dictature (maintenant comme tu le laisses entendre et le dis c'est probablement une menteuse à la solde de Bush...)
2. l'hotel communiste, je me foutais de ta gueule et le ton était très clairement ironique...
3. l'ampoule , pour nous ça peut paraître ridicule mais pour quelqu'un qui n'en a pas et qui ne peut pas s'en offrir c'est importantissime (et un moyen peu couteux de se rendre populaire) . Il n'y a aucun mépris de ma part pour les Vénézuéliens , contrairement à toi envers tout qui n'avale pas les mêmes couleuvres que toi .
4. Pour la révolution françaises , si pour toi des Robespierre et des Saint-Just sont des exemples à suivre , c'est ton problème .

Oui, j'avoue le blog dont je ne te parle JAMAIS , que je n'arrive plus à retrouver et dont je ne sais pas de quoi il parle ; c'est moi qui le tient (un susucre ?), ridicule...

Écrit par : quaeps | 02/03/2007

quaeps hoooooorreur "c'est moi qui le tienS"

Écrit par : jean | 02/03/2007

jean val 1 l'appel à la pétition n'était pas mentionné de cette façon dans mon raisonnement, tu ne comprends rien, comme d'hab... mon raisonnement était: durant les élections, le taux de vote blanc est ridicule, alors que c'est un moyen sûr et sans danger pour montrer sa désaprobation du régime, les signataires de la pétition se sont donc mobilisés et ont montré leur accord avec la politique de Castro (comme je l'ai dit, en partie dans un réflexe d'"anti-américanisme" bien compréhensible pour qui connait l'histoire cubaine...) dans les mêmes proportions que lors des scrutins habituels...qui eux sont secrets et transparents...comme l'a confirmé Carter (le président préféré de Castro et fervent partisan de la normalisation des relations avec Cuba, de la fin du blocus, etc...sans pour autant renoncer à participer à des initiatives style projet Varela...)...toi comprendre...

tu ne sais pas calculer non plus...

11 200 000 population totale...
1 200 000 ont moins de 16 ans...

donc population en âge de signer: 11 200 000-1 200 000=9 000 000...

signataire du projet Varela: 11 020...

ton raisonement:" celà veut dire qu'au moins 10% des gens ayant signé la pétition "Varela" ont également contre elle (ce si on considère que 100% des gens malades, trop vieux, blessés, dans le coma) se sont déplacés pour voter la pétition "Castro" . Voilà quel type de chiffre on est prêt à prendre pour argent comptant quand on estime celà pour autre chose qu'une grande farce . "...apprends à compter 1% de 9000 000= 90 000...inculte...

Écrit par : quaeps | 02/03/2007

quaeps et tous se sont levés , ont marchés sur les eaux pour consacrer le caractère "irrévocable" du socialisme cubain...C'est pas dans un best-of qu'il faut la mettre c'est dans un asile (note non pas d'asile pour les gens comme toi , t'imagines la taille des batîments?) .

Et si je ne conteste pas ma faute de calcul (manquerait plus que ça , que je me fasse aussi malhonnête que toi), je constate que les mathématique non plus c'est pas ton truc 11.200.000-1.200.000= 10.000.000 (pas 9, mais 9 millions est le chiffre à retenir), je te prierai donc avec raison de ne pas essayer ce petit jeu là (qui ne marchera pas plus que les leçons de morale ou la malhonnêteté intellectuelle pour ne pas dire plus) .
Il n'empêche que ton raisonnement , tout le monde a librement signé sans aucune contrainte cette pétition, car avec 99,37% de signataires il faut moins de 60000 personnes de moins de 16 qui ne la signe pas, c'est de la science-fiction .
Imagines-tu réellement un pays de plus de 11.000.000 d'habitants avec moins de 60000 malades , comateux , grabataires et autre handicapés mentaux ?
D'autant que d'après les chiffres du régime Cubain le taux d'alphabétisation du pays est de 97% (ce qui est pour le moins excellent, convenons-en); ce qui fait que les 3% restant si ils ont comme tu le prétens mordicus signé cette pétition, l'ont fait sans pouvoir la lire...Soutenir que cette pétition autre chose que pathétique et tyrannique , c'est être soi-même un tyran ridicule (mais je sais que comme la sagesse populaire le dit, tu n'es pas prêt à changer d'avis) .

Écrit par : jean | 02/03/2007

jean nul le "témoignage" de Migeot sur le vénézuella a autant de valeur que celui de Tchan concernant les USA, celui de ma belle -mère sur le Mexique ou le mien sur l'Egypte...je sais, tu préfères "Migeot au Vénézuella" ou "Bhl en amérique"...chacun son truc...je suis sûr que les vénézuelliens n'ont pas la même vision des choses que Migeot (et ils l'ont assez prouvé..), et pour cause....naïf que tu es...

1 MENTEUR...tu l'as dit...point barre...ne fuit pas...
pour info, un touriste qui visite les USA et regarde Fox news toute la journée et séjourne en Floride lors d'une période pré ou post électorale aura aussi un sentiment d'assisté à une grande campagne de propagande...bien plus qu'au Vénézuella où les médias sont majoritairement anti-Chavez...inculte...

2 non, ton anti-communisme primaire habituel...
3 ton "ampoule" est RIDICULE...méprisante et vaine...tu ne connais RIEN à la réalité des changements apportés par Chavez, inculte...si il suffisait de donner une ampoule pour assurer sa popularité, tout les gouvernements latinos en ferait autant...l'indigène est si facile à acheter...

4 la révolution française est hors sujet pour toi (cfr. tes dernières remarques), autant parler fist-fucking avec mère thérèsa...

c'est ton blog, tu le sais, je le sais(et je t'ai même surpris dessus...), et tu sais que je le sais...désolé...

bon assez ri, trop long pour moi et surtout on sait que tu empires...de jour en jour...




Écrit par : quaeps | 02/03/2007

jean der petite faute de calcul, ridicule j'en convient(j'ai mal lu les chiffres...), mais qui, contrairement à ta faute, ne change rien à mon raisonnement, alors que le tienT était uniquement basé sur ton erreur...enfin erreur...on se comprends...

Écrit par : quaeps | 02/03/2007

quaeps qui ne change rien à mon raisonnement (99,37% d'une population aussi large ne se mobilise pas spontanément et librement pour contrer une pétition) . Sans ajouter (ben si, tiens) que ton argument phare par rapport au projet Varela était le secret de l'isoloir (car nous ne parlions QUE du projet Varela et la réaction qui s'en est suivie, dire le contraire est (encore) un mensonge) .

Écrit par : jean | 02/03/2007

jean der des der "D'ailleurs si tu faisais marcher un petit peu ta tête un calcul rapide de ce résultat serait salutaire "
"Voilà quel type de chiffre on est prêt à prendre pour argent comptant quand on estime celà pour autre chose qu'une grande farce . "
"car nous ne parlions QUE du projet Varela et la réaction qui s'en est suivie, dire le contraire est (encore) un mensonge"....sans commentaire...
et il y aurait encore bien plus à dire, mais je préfère voir ta tête en live, tu es toujours plus drôle sans ton wiki...

Écrit par : quaeps | 02/03/2007

quaeps C'est évidemment plus facile et plus malhonnête de le prendre comme ça ; écartons d'un revers de la main tout ce qui n'entre pas dans le moule ou tout témoignage génant .

1. Faux, mais bon quand on manie la malhonnêteté intellectuelle, l'amalgame foireux et le mensoge comme tu les manies, on est pas sur ça près (je t'ai même dit "ce n'est pas un dictateur , mais ce n'est pas non plus le chevalier blanc) .
2. ta réponse est tellement bête qu'elle ne mérite plus de réactions .
3. il n'y a aucun mépris , je relate simplement un témoignage (qui pour toi ne vaut rien car il n'a pas été authentifié par le collectif bellaciao); mais à court d'arguments ou gênés par un fait , tu essayes de donner une leçon de morale (je t'ai déjà dit ce petit jeu ne marche pas avec moi, je connais le procédé) .
4. Cfr 3.

Écrit par : jean | 02/03/2007

jean val l'ampoule , pour nous ça peut paraître ridicule mais pour quelqu'un qui n'en a pas et qui ne peut pas s'en offrir c'est importantissime (et un moyen peu couteux de se rendre populaire) . Il n'y a aucun mépris de ma part pour les Vénézuéliens , contrairement à toi envers tout qui n'avale pas les mêmes couleuvres que toi .

mon préféré...loin devant tes calculs de première primaire...à relire et à méditer...

Écrit par : quaeps | 02/03/2007

quaeps oui, tu ferais bien de le méditer , et si tu y vois une touche de mépris non seulement tu es un grand malade (fait avéré) mais en plus un pervers .




Pour en revenir à ce dont on parlait (et dont tu t'éloignes de plus en plus dans une fuite pour le moins maladroite) :



Cuba: un socialisme d'autant plus dictatorial qu'il est désormais "irrévocable"
VOIR AUSSI
Cuba: imposante
"marche nationale"
pour un socialisme
"intouchable"

Cuba: droits de l'homme
Rapport 2002
d'Amnesty International


Cuba: bibliothécaire
indépendant, un métier
à risque

Dossier - Cuba

Dossier
Droits de l'homme

QUITO, mardi 2 juillet 2002 - C'est à l'unanimité que le Parlement cubain a approuvé la semaine dernière une révision de la Constitution qui déclare "irrévocable" le régime socialiste instauré dans l'île par le président Fidel Castro. L'avenir politique des Cubains serait ainsi en principe figé pour l'éternité avant la disparition de la génération bientôt octogénaire de dirigeants qui ont fait la révolution de 1959. Cette prétention peu commune de momifier le destin collectif d'un peuple résistera difficilement à l'universalisation du droit de chaque citoyen à choisir ses représentants politiques par un vote libre et secret.

C'est précisément en bafouant la liberté individuelle, la possibilité de choix et le secret des opinions que fut organisée la pétition massive qui servit d'alibi à la révision de la Constitution de 1976. Du 15 au 18 juin derniers, une campagne de signatures en faveur de l'intangibilité du socialisme cubain, déclaré "intouchable" dans le projet initial, fut encadrée en plus de 120.000 points de l'île par les Comités de défense de la révolution, une organisation castriste présente dans chaque quartier de Cuba.

Les défenseurs des droits de l'homme précisent que ces comités sont en mesure d'établir la liste de ceux qui se seraient abstenus de signer et que la menace sous-jacente de persécutions contre les abstentionnistes expliquerait le recueil de 8.188.198 signatures, soit 99,37% des Cubains en âge de voter (à partir de 16 ans).

En outre, en signant la pétition, les Cubains ne pouvaient pas rejeter, mais seulement approuver -publiquement de surcroît- le souhait des autorités castristes de déclarer intangible leur socialisme.

Ces caractéristiques dictatoriales suffiront peut-être, lorsqu'un vent de liberté soufflera sur Cuba, à invalider sans grands débats un socialisme dont le caractère désormais "irrévocable", propre à une théocratie, est lui-même incompatible avec la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Dans l'immédiat, la révision constitutionnelle sera probablement invoquée par le régime castriste pour déclarer illégal le "Projet Varela", une initiative menée par des dissidents et réclamant un référendum sur la démocratisation de Cuba proposé par 11.020 signataires cubains. Avant d'être amendée, la Constitution déclarait admissible un référendum proposé par au moins 10.000 citoyens.

Les législateurs cubains, tous affiliés au Parti communiste (le seul toléré), ont voulu multiplier les verrous pour tenter de garantir l'intangibilité de leur régime. Ainsi, la Constitution révisée affirme qu'aucun nouvel amendement de la Charte suprême ne pourra porter sur "le système politique, économique et social, dont le caractère irrévocable est établi". Le texte révisé proclame aussi que Cuba "ne reviendra plus au capitalisme".

Les Cubains ont eu droit à trois jours de congé, du lundi 24 au mercredi 26 juin, pour suivre à la télévision les "débats" parlementaires qui ont abouti à la révision constitutionnelle. Au cours de ces monologues pro-castristes, aucune voix discordante n'a été entendue. Le jeune (37 ans) ministre cubain des Relations extérieures, Felipe Perez Roque, également député et l'un des dauphins possibles de Fidel Castro, a saisi l'occasion pour se demander pourquoi il faudrait abandonner à Cuba le système de parti unique, alors que le pluripartisme a échoué et s'est "discrédité" dans le reste de l'Amérique latine.




Écrit par : jean | 02/03/2007

jean internet pour des informations autres que l'extrême droite de Miami (tes sources, enfin, tes relais...), un peu plus long, un peu plus documenté, bref pour des FAITS, voir Noam Chomsky, Howard Zinn, M.Vivas, Sam Lamrami, James Petra, Michael Parenti, Ramonet, Maurice Lemoine, Oliver Stone (bon documentaire), et plein d'autres, par exemple...au hasard...

Il y a quelques mois, Raul Castro, en temps que premier vice-président a assumé les fonctions du président cubain Fidel Castro. Cette situation a été utilisée par certains pour critiquer les droits de l'homme à Cuba. Raul Castro qui le 31 juillet 2006, a pris en mains les rênes du pouvoir parce que son frère Fidel se relevait d'une opération, a renforcé la répression contre les opposants politiques», a t'il été déclaré dans un article de l'IPS. Un message du même contenu est paru dans Le Monde et dans des centaines de média.
Il est tout de même remarquable qu'une petite île insignifiante comme Cuba avec seulement 11 millions d'habitants, puisse soulever autant de controverses lorsqu' il s'agit des droits de l'homme. Concernant la question des droits de l'homme à Cuba il est clair que l'article de l'IPS donne la parole à des personnages de calibre discutable. Ce n'est qu'à la fin de l'article, qu'il est permis au gouvernement cubain de rectifier un tant soit peu et ont le droit de dire ce qui à été réalisé sur les plans de l'enseignements et de la santé. Aucune mention n'est faite qu'au cour du mois de mai 2006, Cuba a été nommée par plus de 2/3 des membres au nouveau conseil des droits des Nations Unies, ceci malgré la pression des États-unis. Est-ce que tous ces pays dont la majorité sont des pays du tiers-monde sont dans l'erreur ou est-ce qu'il y aurait anguille sous roche ?

Les droits sociaux, économiques et culturels de l'homme à Cuba.

Regardons en premier lieu les énormes progrès réalisés à Cuba en ce qui concerne les droits sociaux, économiques et culturels. La durée de vie est de 78 ans à Cuba, soit de 6 ans supérieurs au reste du continent. La mortalité infantile y est plus de 4 fois inférieure à la moyenne. Si toute l'Amérique latine réalisait le même score qu'à Cuba, 267.408 enfants seraient sauvés par an.
Il s'agit ici du droit le plus essentiel : le droit à la vie. A Cuba, la mortalité infantile avant 5 ans se situe à 7 pour 1.000. Dans une riche super-puissance comme les USA le chiffre est de 8 pour 1.000. Dans l'ensemble de l'Amérique latine ce chiffre est de 31 pour 1.000. Ces chiffres sont extraits du récent rapport de l'UNDP.

Se basant sur les derniers chiffres de l'Unicef, le ‘The Economist', de janvier 2007, place Cuba comme étant le pays avec la mortalité infantile la plus basse des 18 pays du tiers-monde. Chiffre qui en plus a été réduit de moitié au cour des 15 dernières années. Il ressort de ces mêmes données de l'UNESCO que le niveau de l'éducation à Cuba dépassait de très loin les autres pays de l'Amérique latine.
Cette volonté de fournir une éducation gratuite à la population vient en droite ligne de l'intellectuel et combattant pour l'indépendance du 19ème siècle le cubain José Martí: 'Ser culto es la única forma de ser libre' traduction : « Etre instruit est la seule façon d'être libre». Effectivement une population qui peut lire, écrire et analyser ne peut pas être maintenue dans la soumission.
En 2006, Cuba à reçu le ‘Literacy Award'v, de l'UNESCO pour sa participation à l'alphabétisation dans pas moins de 15 pays. Le 21 décembre 1961, Cuba a été reconnu, par cette même instance, comme premier pays en Amérique Latine où il y a eu éradication totale de l'analphabétisme. Le Venezuela devra attendre le 27 octobre 2005 pour que, grâce à un programme d'alphabétisation cubain, ce pays soit déclaré comme étant le second pays en Amérique latine libéré de l'analphabétisme.
Le chômage est à Cuba de moins de 2%, ce qui pour les nations Unies équivaut au plein emploi. Selon le FAO (Organisation pour l'agriculture des Nations Unies), seulement 3% de la population cubaine souffre de sous-alimentation. La moyenne en Amérique latine est 3 fois plus élevée. Ceci est dû au fait que le gouvernement cubain subsidie une grande partie des besoins alimentaires de base ainsi les besoins en protéines et glucides sont garantis pour tout le monde.
Au cour des jeux olympiques de 2004 Cuba a remporté 27 médailles. Ceci est uniquement possible si l'accès au sport est largement encouragé et stimulé.
Par comparaison l'ensemble de l'Amérique latine n'a remporté que 32 médailles, et la Belgique 3…!

Les droits politique des cubains.

En ce qui concerne l'organisation démocratique de la société, il faut citer des chiffres intéressants et largement inconnus. Selon une enquête GALLUP, même au plus profond de la crise du milieu des années 90, plus de 80% de la population soutenait la révolution. La constitution cubaine à été rédigée en 1976 sur la base d'un sondage effectué auprès de la population ceci sans aucun précédant. Elle a été approuvée par référendum. En 1992 cette exercice a été répétée afin de démocratiser plus encore les institutions.
A Cuba il y a une séparation effective du parti et de l'état. Les partis en tant que tels ne peuvent pas, selon la loi fondamentale, participer aux élections. Les citoyens établissent eux-mêmes les listes électorales, ceci sur base d'un processus démocratique se déroulant dans les quartiers. Les conseillers communaux sont élus tous les 2 ans et demi, les conseils communaux et le parlement national tous les 5 ans. Les élections sont libres et secrètes, et peuvent être surveillées sans entraves par des observateurs étrangers. Ont retrouve dans le parlement cubain un large échantillonnage allant de délégués syndicaux, assistants sociaux jusqu'à des enseignants et des étudiants et oui même des prêtres.
Le parlement choisi le conseil d'état et des ministres et leurs présidents respectifs. Fidel Castro est président du conseil d'état, une fonction qui équivaut à celui de président. Le pouvoir du président est fortement limité par le parlement. Au contraire de par exemple les USA, le président cubain ne peut nommer ni ministre ni ambassadeur, et ne peut pas déclarer la guerre. Raul Castro est le premier vice-président et est donc le successeur légal jusqu'à ce qu'un parlement et un conseil d'état choisissent un nouveau président.
Ce qui n'est pas connu, ou est occulté, c'est que Raul Castro n'est pas uniquement le frère de Fidel, mais il est également connu comme un des libérateurs de Cuba.
Ce qui plus est, les fils, filles, frères ou sœurs des Castro sont totalement absents des positions dirigeantes. Au côté de Raul se trouvent 5 autres vice-présidents.
C'est ainsi que récemment le vice-président Esteban Lazo a pris la parole au nom de Cuba aux Nations unies, et que le vice-président Ramon Machado Ventura a représenté Cuba lors de l'intronisation de Daniel Ortega en tant que président du Nicaragua en janvier dernier. Il se peut que ces noms vous soient peu connus, mais ils devraient donner à réfléchir aux gens qui dénoncent la soi-disant dictature de Castro.

Pourquoi est-il de bon ton de salir le gouvernement cubain?

Pourquoi les superbes chiffres que Cuba peut mettre en avant dans de nombreux domaines sont t'ils occultés ? Pourquoi disparaissent les données des Nations Unies? Pourquoi veux t'on toujours séparer les résultats de la recette ?
Où est-ce que cela nous ne nous plait pas qu'un pauvre pays comme Cuba, arrive, grâce à un projet socialiste, à donner espoir à des millions de personnes qui subissent la misère libéralisée du tiers-monde?
Jetons maintenant un regard sur les personnes qui sont considérées par l'IPS comme adversaires politiques du gouvernement cubain. Elizardo Sánchez ainsi que Osvaldo Payá appartiennent au noyau dur de la soit disant dissidence. Il est avéré que tous 2 ont reçu de l'argent des USA. Elizardo Sánchez appartient au genre opportuniste. A l'occasion, il travaille avec la sécurité d'état cubaine, pour dénoncer des camarades dissidents. Sur ce sujet il existe des données qui ont été publiées.
Osvaldo Payá, mondialement connu comme un grand démocrate, a immédiatement écrit une lettre pour saluer le coup d'état militaire (!) au Venezuela contre Chavez, en 2002. Ces informations sont également disponibles sur Internet. Cela n'a pas empêché l'UE de lui discerner le prix européen Sakharov, le prix européen pour la démocratie quelque mois plus tard…
Cuba est très vigilant et observe les personnes qui hurlent avec l'ennemi.
N'oublions pas que les Usa, après un blocus qui dure depuis des années, après des tentatives d'assassinats sur des dirigeants cubains, après la terreur et des agressions militaires, a désigné, il y a 2 ans, un coordinateur pour la période de transition sensée mettre fin au socialisme à Cuba. Cet homme, citoyen Us, s'appelle Caleb Mc Carry, et il a acquis une grande expérience en la matière en Afghanistan et en Haïti. En Irak les USA ont au moins pris la peine d'attendre pour nommer un coordinateur, d'être rentrés à Bagdad.
Vous pouvez également trouver sur Internet, bien en évidence sur le site du gouvernement US, le plan de la ‘Commission for Assistance to a Free Cuba', créée par Bush. Vous y verrez décrit en détail comment les Etats-Unis comptent s'y prendre pour transformer, à nouveau, Cuba en marionnette des Usa. Pas besoin de faire un dessin pour comprendre ce que signifiera alors «les droits de l'homme et de la démocratie » pour le peuple cubain…
Il est peut-être utile de revenir sur la question des prisonniers d'opinion et de voir sur ce sujet la position de la loi cubaine : « Nul ne peut être emprisonné pour ses idées ou opinions ». Voilà pourquoi la commission cubaine pour les droits de l'homme et l'union nationale ‘CCDHRN' et le ‘Arco Progresista' de Manuel Cuesta Morua peuvent en toute quiétude raconter ce qu'ils veulent . Au mois de mai 2005, des dissidents ont tenu un congrès, dans les environs de La Havane, sans être le moins du monde dérangés par le gouvernement cubain. Comme introduction ils y ont projeté un message de soutien de George W. Bush en personne. Semaine après semaine une 30taine de ‘Damas de Blanco', épouses ou mères des soit disant dissidents ont pu manifester à La Havane, ceci sans être inquiétées, si ce n'est par la presse étrangère… Celui qui a fait un voyage à Cuba sait très bien que des opinions ou des critiques ‘dissidentes' sont librement exprimées dans la rue.
La ligne de démarcation est la sécurité nationale. Faire les recherches pour trouver avec quelles firmes étrangères Cuba traite, afin que le gouvernement des Usa puisse appliquer les sanctions découlant de la loi Helms-Burton, (une des lois instaurant le blocus), est un exemple. Des enfants cubains meurent parce que des spécialités pharmaceutiques ne peuvent plus être importées à Cuba. En novembre de l'année 2006, 2 banques suisses l'UBS et le Crédit Suisse ont interrompus leur coopération avec la banque nationale cubaine. Cause? Les sanctions US découlant du non respect de la loi Helms-Burton. Ces banques ont refusé de changer des devises pour Cuba, et il en est résulté des graves difficultés économiques.

Deux poids, deux mesures?

Pour terminer nous devons nous demander pourquoi des attaques non fondées concernant les droits de l'homme sont à chaque fois republiées dans la presse, ceci sans questions ni remarques critiques! Cela contraste fortement avec l'affaire des 5 cubains qui depuis 8 ans déjà sont détenus illégalement dans des conditions inhumaines aux USA. Malgré le fait que leur procès foule aux pieds la constitution états-unienne, et qu'un tribunal d'appel a déclaré unanimement le jugement unilatéral, que Amnesty International a pris position pour eux , qu'une commission de Nations unies à qualifié le jugement d'arbitraire, cette affaire est néanmoins totalement étouffée. Deux poids deux mesures ? Les cinq cubains ont simplement cherché à prévenir des attaques terroristes contre leur pays, attaques organisées à partir de Miami.
Permettez moi de terminer avec une citation, du journaliste colombien Hernando Calvo Ospina : Certains continuent à affirmer qu'a Cuba les droits de l'homme ne sont pas respectés.
« Je me demande si parler des droits de l'homme en Amérique latine, et dans l'ensemble du tiers-monde, est bien permis. Car nous, ensemble avec 500 millions de citoyens, n'avons pas même les droits qu'ont les animaux en europe. Si elle n'était pas d'extrême droite nous aimerions bien avoir Brigitte Bardot comme président du Brésil, Honduras, Chili et l'Argentine ou de n'importe quel pays de l'Amérique latine.
Brigitte Bardot pourrait alors mettre en pratique la loi sur la protection des animaux pour la population. Nous nous en porterions bien mieux. Nous devons donc nous demander de quoi il s'agit lorsque nous parlons de démocratie ou des droits de l'homme ». (Dissidents ou mercenaires ? Des Etats-Unis à l'Europe pour briser Cuba. EPO 1998, p. 190)

Écrit par : quaeps | 03/03/2007

le der, sur ta tête, juste pour le plaisir.... Conformément à leur stratégie de déstabilisation de la société cubaine, les Etats-Unis, en plus de financer et diriger des « journalistes indépendants » et des « militants des droits de l'homme », ont créé des « bibliothèques indépendantes ».1 Le rôle principal de ces organisations consiste à effectuer un travail de désinformation au sein du pays, et à créer les conditions propices à une fragilisation de la nation, qui plus est, se trouve déjà dans un contexte géopolitique fortement hostile. Ces différents groupuscules sont présentés dans la presse internationale comme étant le noyau de la future « société civile et démocratique ». Les médias ne daignent toujours pas prêter attention à l'assise factuelle, pourtant aisément accessible et vérifiable, et préfèrent parler de dissidence interne.

conseils directs de la Section des intérêts nord-américains (SINA) de La Havane, les « bibliothèques indépendantes » étaient censées donner l'illusion d'une opposition croissante au gouvernement cubain. La naissance de ces entités entre directement dans la manœuvre politique des Etats-Unis qui consiste à manipuler la réalité de l'Ile.2 En effet, ces bibliothèques devaient officiellement permettre aux Cubains d'avoir accès à une véritable information indépendante, mais n'étaient en réalité que des groupements de propagande au service de Washington.

ces « bibliothécaires », se trouvaient les rapports rédigés par le Département d'Etat étasunien portant sur la question des violations des droits de l'homme à Cuba, des discours du président Bush ainsi que des écrits traitant du fonctionnement de la société étasunienne. Les journaux The Miami Herald et El Nuevo Herald de Miami, considérablement influencés par l'extrême droite cubaine en exil, étaient également fournis aux « bibliothécaires », ainsi que la littérature produite par la composante fascisante de Floride. Ceux-ci étaient en contact permanent avec M. James Cason, chef de la diplomatie étasunienne, et appliquaient ses directives moyennant une conséquente rétribution financière.3 M. Cason, arrivé à La Havane en septembre 2002, s'est illustré par son attitude provocatrice, ses déclarations interventionnistes et ses réunions publiques avec la « dissidence cubaine ».4

n'ait soulevé des questions qui relèvent d'une logique élémentaire. Des bibliothèques indépendantes à Cuba ? Les Cubains n'auraient-ils point accès aux livres ? Il sied de mettre de côté les préjugés idéologiques et d'évoquer les chiffres.

A Cuba, près de 400 bibliothèques publiques prêtent des services totalement gratuits, sans compter celles qui se trouvent dans quasiment toutes les universités et écoles. Avant la Révolution, il n'y en avait que 32.5 En 2003, plus de 2 000 titres pour un tirage de trente millions d'exemplaires ont été publiés. Chaque année, l'évènement culturel le plus important de l'hémisphère latino- américain est la Foire internationale du livre de Cuba, qui réunit les plus célèbres écrivains du monde. En 2004, la Foire a touché trente-quatre villes, présenté plus de 1 000 titres et vendu près de cinq millions d'ouvrages à des prix incomparablement inférieurs à ceux de n'importe quel autre pays du monde. De plus, aucune nation du Tiers-monde n'a créé autant de bibliothèques publiques que Cuba.6

Le taux d'analphabétisme pour l'Amérique latine est de 11,7% et de 0,2% pour Cuba.7 Le Département de l'Education de l'UNESCO note que Cuba dispose du taux d'analphabétisme le plus bas et du taux de scolarisation le plus élevé d'Amérique latine. Selon le même organisme, un élève cubain possède deux fois plus de connaissance qu'un enfant latino-américain. Il ajoute que « Cuba, bien que ce soit l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine, dispose des meilleurs résultats en ce qui concerne l'éducation basique». Juan Cassassus du Latin American Laboratory for Evaluation and Quality of Education de l'UNESCO note que « l'éducation a été la priorité de haut rang à Cuba depuis 40 ans. C'est une véritable société d'éducation ».8 Cuba a-t-elle vraiment besoin de « bibliothèques indépendantes », ou sont-elles simplement des rideaux de fumée occultant des intentions plus sombres ?

New Mexico questionnait également la validité de ces associations : « Pourquoi un tel intérêt à défendre le droit à la lecture de onze millions de personnes qui sont presque à 100% alphabétisées, alors que le nombre de gens qui sont illettrés aux Etats-Unis est trois fois supérieur au nombre de Cubains vivant sur l'Ile ? ». Effectivement, plus de trente millions d'Etasuniens ne savent ni lire ni écrire. « Après tout, l'illettrisme est la plus importante expression de la censure » remarquait-il.9

réalisé un travail de recherche au sujet des « bibliothécaires indépendants », et ont constaté que ces structures n'étaient que des façades contrôlées par les Etats-Unis.

L'Assemblée générale de la International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA), tenue à Boston le 24 août 2001, a exhorté « le gouvernement américain à distribuer largement à Cuba tout matériel d'information, spécialement aux bibliothèques cubaines, et non pas seulement à des `individus ou des organisations non gouvernementales indépendantes' qui représentent les intérêts politiques des Etats-Unis ».10 En effet, les autorités étasuniennes, en plus de financer ces bibliothèques, bloquent l'accès de nombreuses revues et publications, notamment scientifiques et universitaires, aux Cubains. Par exemple, dans un domaine aussi vital que la médecine, près de 50% des publications sont étasuniennes, mais les professionnels cubains ne peuvent pas y accéder.

Funded Dissent and the Independent Libraries Project » (Paiement pour services rendus : une dissidence financée par les Etats-Unis et le Projet de bibliothèques indépendantes) a complètement été passée sous silence. Présentée lors du Conseil de la côte du Pacifique sur les études latino-américaines, le 8 et 9 novembre 2002, à l'Université de l'Est (Los Angeles), par Mme Rhonda L. Neugebauer, elle rendait compte de la visite que cette bibliographe de l'Université de Californie (Riverside) avait effectuée, en compagnie de M. Larry Oberg, bibliothécaire de l'Université de Willamette, en 2000 à Cuba, à plus d'une dizaine de « bibliothèques indépendantes ». Elle en tirait les conclusions suivantes :

En nous entretenant avec les propriétaires de ces « bibliothèques », nous avons découvert qu'elles étaient des points de remise de matériaux et de contact, soigneusement choisis par le personnel de la Section des intérêts nord-américains et par d'autres, qui s'y rendaient fréquemment pour remettre des documents et de l'argent. Nous avons également découvert que pour pouvoir accepter des matériaux antigouvernementaux et augmenter le nombre de « bibliothèques », les « bibliothécaires » touchaient des émoluments mensuels à titre, comme l'un d'eux le qualifiait, de « services rendus ».

Nos entretiens avec eux contrastent en grande mesure avec la campagne lancée par ceux qui les financent aux Etats-Unis et nous ont permis de constater que les communiqués distribués aux Etats-Unis au sujet de ces « bibliothèques » étaient délibérément faussés et à motivation politique. (…)

Notre recherche a démontré que ce que la campagne des « Amis des bibliothèques cubaines » a identifié comme une « force pour la liberté intellectuelle » faisait simplement partie d'une stratégie de la politique étrangère étasunienne qui recommandait de manière hypocrite une « ouverture de la société civile » à Cuba, à travers le financement d'une variété de groupes de dissidents. Durant les dernières années, Washington a octroyé des millions de dollars à des groupes étasuniens et cubains afin de créer une « société civile », dont ils espèrent qu'elle mènera à une déstabilisation du gouvernement cubain et finalement à un « changement de régime » à La Havane. (…)

Dans certains cas, les « bibliothèques » n'existent plus car le « bibliothécaire » est parti aux Etats-Unis, ou a offert sa « bibliothèque ». Dans un cas, nous avons pu vérifier qu'un « bibliothécaire », listé sur la page Web « Independent Library Project », était parti aux Etats-Unis six ans plus tôt, alors que son nom continue d'apparaître comme étant directeur d'une bibliothèque à Cuba, et il est cité comme ayant été « réprimé » et « intimidé » à Cuba pour son travail de bibliothécaire.

Nous avons découvert que la plupart des « bibliothèques » se limitaient à quelques étagères de livres dans des résidences privées et que leurs ouvrages étaient typiques de ce que possèdent de nombreux Cubains et de nombreuses bibliothèques. En réalité, la majeure partie de leurs livres étaient publiés à Cuba, par le gouvernement cubain. (…)

On nous a dit que le personnel de la Section des intérêts nord- américains leur fournissait de nombreux articles qui n'étaient pas publiés à Cuba, et qu'ils recevaient des visites régulières de la part de ce personnel qui leur remettait des paquets ainsi que de l'argent chaque mois.

Etant donné que c'était la première fois que l'on faisait mention d'argent en référence à leur travail, j'ai demandé, « Pourquoi êtes vous payés ? » « Pour des services rendus », m'a répondu le « bibliothécaire ». « Ces bibliothèques aident l'opposition à Cuba et notre direction à Miami. Ils nous disent ce que nous devons faire. Ils reçoivent nos rapports et nouvelles. Ils nous donnent de l'argent afin que nous puissions faire ce que nous faisons ici, être des dissidents et construire une opposition contre le gouvernement cubain ». (…)

Lors de nos visites dans les « bibliothèques », nous avons posé des questions à propos de la supposée répression, intimidation et confiscation de matériaux, dont des rapports ont été fréquemment mentionnés et largement diffusés aux Etats-Unis sur les listes de bibliothèques d'un groupe nommé « Amis des bibliothèques cubaines ». Leurs bulletins de presse ont fait mention d'horribles histoires où des « bibliothécaires » avaient été réprimés, leur collection de livres confisqués, et qu'ils étaient régulièrement menacés et harcelés par les forces de sécurité cubaine, et parfois emprisonnés. Nous n'avons trouvé aucune preuve corroborant ces faits dans les bulletins de presse des Amis des bibliothèques cubaines. Plusieurs « bibliothécaires » nous ont dit qu'ils avaient été arrêtés ou brièvement emprisonnés, mais ils ont immédiatement clarifié que cela était dû à leurs activités « d'opposition » ou pour avoir transgressé la loi, en général pour avoir essayé de quitter le pays sans visa. (…)

Ils ont des connections avec des groupes politiques en dehors du pays, principalement des groupes et des individus anticastristes, dont la plupart a reçu des fonds à travers diverses organisations basées aux Etats-Unis [et] dont le but est de changer le gouvernement cubain. (…)

Ils n'ont pas effectué de peines de prison pour leur activité de bibliothécaire, mais pour leurs activités illégales et pour avoir organisé des opérations politiques dirigées de l'étranger (ce qui est illégal à Cuba).

Ils ont conscience des connexions politiques, financières et diplomatiques de leur travail avec le gouvernement étasunien. (…)

Quand nous avons demandé aux « bibliothécaires » s'ils faisaient circuler leurs livres dans le voisinage, ils nous ont répondu qu'ils distribuaient leurs livres à de nombreuses personnes qui voulaient lire de nouvelles idées, des idées qui supportent le capitalisme et la liberté. Cependant, quand nous avons interrogé les voisins pour savoir s'ils avaient connaissance des bibliothèques, ils ont répondu par la négative. (…)

L'existence de ces « bibliothèques indépendantes », leur possession de matériel des anticastristes d'extrême droite, leur association avec des membres de la Section des intérêts nord-américain et avec la communauté de Miami qui essayent de renverser le gouvernement cubain disqualifie leur principal argument et leur cri de ralliement – celui de la censure et des restrictions sévères de la liberté intellectuelle. (…)

Ils agissent toujours ; ils fournissent toujours des rapports à Radio Marti, Cubanet et d'autres médias ; ils parlent toujours à la presse étrangère et aux bibliothécaires et diplomates étrangers qui leur rendent visite. Donc, ils sont toujours bien payés pour leurs services rendus.11

fraude des « bibliothèques indépendantes ». Mme Ann Sparanese, bibliothécaire à la Englewood Public Library et membre de la ALA a fait la déclaration suivante : « Ce ne sont pas du tout des bibliothécaires. Ils sont payés par le gouvernement étasunien (…) qui essaye d'acheter des dissidents à Cuba ».12

une résolution en juin 2003, lors d'une conférence à Toronto, stipulant que « la CLA s'oppose à toute tentative d'un gouvernement étranger de déstabiliser le gouvernement de Cuba par des blocus économiques, la subversion, des aventures militaires, des tentatives d'assassinat, et par le financement extérieur d'une opposition politique à travers `des organisations de la société civile' ». Par les « organisations de la société civile », la CLA se référait aux « militants des droits de l'homme », aux « journalistes indépendants » et, évidemment, aux « bibliothécaires indépendants ».13

Unis en décembre 2001. Il est actuellement membre de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA), une organisation fasciste composée d'extrémistes cubains, qui en plus de son travail de lobbying auprès des membres du Congrès étasunien, est spécialisée dans le terrorisme international. Récemment, l'un de ses associés, M. Luis Posada Carriles, considéré comme un vieil habitué « du réseau terroriste latino-américain »14, ancien agent de la CIA et mercenaire, auteur de près d'une centaine d'assassinats, a été condamné à huit années de réclusion criminelle au Panama pour activités terroristes.15

En effet, il avait tenté d'assassiner le président cubain, alors que celui-ci donnait une conférence à l'Université de Panama le 17 novembre 2000. Il avait placé une bombe de quinze kilos d'explosifs C4 dans l'enceinte universitaire où 2 000 d'étudiants étaient venus assister au discours de M. Fidel Castro. La police panaméenne avait estimé que l'explosion aurait pu faire des centaines de victimes. Les tentatives de la FNCA de libérer M. Posada Carriles ont échoué, mais une nouvelle collecte de fonds a été organisée à Miami par l'extrême droite cubaine, dans laquelle a participé M. Francisco « Pepe » Hernández, président de la FNCA.16

Etats-Unis et l'Europe, où il essaye de fédérer les différentes institutions internationales et gouvernements autour de son projet qui est en réalité la création intellectuelle du gouvernement étasunien. En juillet 2003, il a même été reçu par les plus hautes autorités françaises au Quai d'Orsay à Paris. La diplomatie française, se pliant à la politique agressive de Washington contre Cuba, a d'ailleurs en partie cessé sa coopération avec Cuba dans différents secteurs. Elle reçoit maintenant en grande pompe les membres d'une organisation terroriste.17

de Paris, M. Bertrand Delanoë, a ouvertement apporté son soutien au projet de parrainage des « bibliothèques indépendantes », également créé par M. Colás Castillo. En effet, dans un courrier du 9 mars 2004, M. Delanoë affirmait au Collectif solidarité Cuba libre qu'il pourra compter sur son appui. Ainsi, l'une des plus importantes personnalités politiques de la gauche française offre son aide à un groupe, dont au moins l'un des membres appartient à une entité extrémiste lourdement impliquée dans le terrorisme international. Mais le maire de la capitale française sait-il vraiment à qui il a affaire ?18

Notes

1 Voir Salim Lamrani, « Commission des droits de l'homme de Genève : Cuba, le Honduras et l'histoire d'un terroriste notoire devenu diplomate étasunien », RISAL, 29 avril 2004. http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=941 (site consulté le 29 avril 2004).

2 Rosa Miriam Elizalde & Luis Baez, "Los Disidentes" (La Havane : Editora Política, 2003), p. 56.

3 Ibid., pp. 47-66

4 Felipe Pérez Roque, Nous ne comptons pas renoncer à notre souveraineté, Conférence de presse offerte par le ministre des relations extérieures de la République de Cuba le 9 avril 2003. (La Havane : Editora Política, 2003) pp. 16-18. Granma, « Le terrorisme et la société civile comme instruments de la politique des USA envers Cuba (IV). En suivant l'argent », 30 juillet 2004. http://www.granmai.cubasi.cu/frances/2003/julio/mier30/30agee-f.html (site consulté le 30 avril 2004).

5 Rhonda L. Neugebauer, « Payment For Services Rendered : U.S.-Funded Dissent and the Independent Libraries Project », University of California Riverside, 8-9 novembre 2002. http://www.cubalinda.com/English/Groups/RhondaNeugebauer.htm (site consulté le 30 avril 2004).

6 Ministère des Relations extérieures de la République de Cuba, Cuba et sa défense de la totalité des droits de l'homme pour tous, (La Havane : Editora Política, mars 2004), p. 48. http://perso.club- internet/vdedaj/cuba/minrex_droits_homme.pdf (site consulté le 29 avril 2004).

7 United Nations Development Program, « Human Development Indicators 2003 : Cuba », 2003. http://www.undp.org/hdr2003/indicator/cty_f_CUB.html (site consulté le 22 mars 2004) ; Commission Economique Pour l'Amérique Latine (CEPAL), Indicadores del desarrollo socioeconómico de América Latina. (Nations Unies, 2002), pp. 12, 13, 39, 41, 43-47, 49-56, 66-67, 716-733.

8 United Nations Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC), op. cit., pp. 190-95 ; Latin American Laboratory for Evaluation and Quality of Education, « Learning in Latin American », UNESCO, 3 septembre 1999. http://www.unesco.org/education/educnews/99-09-03/latinlab.htm (site consulté le 10 mars 2003).

9 Nelson Valdes, « Response to Nat Hentoff », International Responsabilities Task Force of the American Library Association's Social Responsabilities Round, décembre 2003. http://www.pitt.edu/~ttwiss/irtf/cuba.letter2.html (site consulté le 30 avril 2004).

10 International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA), « Resolution Adopted at IFLA Council II Held at Boston on Friday 24th August 2001 », 24 août 2001. http://www.ifla.org/IV/ifla67/resol- 01.htm (site consulté le 30 avril 2004).

11 Rhonda L. Neugebauer, op. cit.

12 Tim Wheeler, « ALA Rejects U.S.-Backed Libraries in Cuba », People's Weekly World, 24 mai 2003. http://www.pww.org/article/articleview/3480/1/164 (site consulté le 30 avril 2004).

13 Canadian Library Association, « CLA's Resolution », American Library Association, juin 2003. http://www.ala.org/Template.cfm? Section=News&template=/ContentManagement/ContentDisplay.cfm&ContentID= 53695 (site consulté le 30 avril 2004).

14 Noam Chomsky & Edward S. Herman, Economie politique des droits de l'homme. La « Washington Connection » et le Fascisme dans le Tiers Monde (Paris : J.E. Hallier & Albin Michel, 1981), p. 50.

15 Ann Louise Bardach & Larry Rohter, « Key Cuba Foe Claims Exiles' Backing », New York Times, 12 juillet 1998, 1, 3, 4, 5. http://www.nytimes.com/librairy/world/americas/071298cuba-plot.html (site consulté le 3 février 2003) ; El Nuevo Herald, « Condenan en Panamá a Luis Posada Carriles », 21 avril 2004 : 23A ; El Nuevo Herald, « Piden Pena máxima contra anticastristas », 18 mars 2004 : 17A.

16 El Nuevo Herald, « Recaudan fondos para exiliados presos en Panamá », 23 avril 2004 : 17A. Voir également Glenn Garvin, « Panama : Exile Says Aim Was Castro Hit », The Miami Herald, 13 janvier 2001 ; Glenn Garvin & Frances Robles, « Panama Suspect Has Ties to Dade », The Miami Herald, 21 novembre 2001 ; John Rice, « Panama : Fidel Steals Show With Death Plot », The Associated Press, 18 novembre 2000 ; Fernando Martínez & David Aponte, « Anticastristas llegaron a Panamá para asesinarlo, denuncia Castro », La Jornada, 18 novembre 2000.

17 Paulo A. Paranagua, « `Si tu vas à Cuba, emporte un livre', demandent les opposants », Le Monde, 25 juillet 2003.

18 Bertrand Delanoë, « Alcalde de París confirma apadrinamiento de bibliotecas independientes en Cuba », La Nueva Cuba, 26 mars 2004. http://www.lanuevacuba.com/nuevacuba/notic-04-03-2625.htm (site consulté le 31 mars 2004).

Du même auteur

Une congressiste étasunienne appelle à l’assassinat de Fidel Castro
Le silence de Reporters sans frontières sur le journaliste torturé à Guantanamo
Cuba : cible obsessionnelle de l’administration Bush
Les priorités de Washington
Les mensonges de Reporters sans frontières
Washington et Reporters Sans Frontières contre Cuba
L'Union européenne complice de l'agression étasunienne contre Cuba
Reporters Sans Frontières et Cuba : L'éthique jetée aux oubliettes

Écrit par : quaeps | 03/03/2007

quaeps revenons s'il te plaît (puisque j'ai compris depuis longtemps que tu es partisan des lectures autorisées par La HAvane...) au sujet qui nous occupe et que tu fuis : la signature de 99,37% d'une pétition...et comment tu fais pour y croire .

Écrit par : jean | 03/03/2007

jean le matheu... je ne fuis rien, je rigole..comme d'hab...

Écrit par : quaeps | 04/03/2007

trop facile... Par Wayne S. Smith


Plusieurs articles de presse abordant la déplorable vague d’arrestations de dissidents à Cuba ont souligné que la situation jusqu’à présent semblait aller vers une plus grande tolérance. Lors de sa visite à Cuba au mois de mai de l’année dernière, par exemple, le Président Carter a rencontré des dissidents et dans son discours télévisé (à la télévision Cubaine) il a parlé du Projet Varela, un projet qui demande plus de libertés politiques. Avant et après la visite de Carter, de nombreux autres états-uniens, y compris moi-même, ont régulièrement et ouvertement rencontré des dissidents dans le cadre des effort accomplis pour améliorer les relations entre nos deux pays.

Oswaldo Paya, le principal promoteur du Projet Varela, fut même autorisé à se rendre aux États-Unis pour y recevoir le prix W. Averell Harriman de l’Institut Démocratique à Washington, d’où il se rendit en Europe. Le gouvernement Cubain n’a peut-être pas apprécié ce qu’il a dit à l’extérieur, mais il ne fut pas puni pour autant lorsqu’il rentra. Il semblait que les choses allaient tout doucement dans la direction d’une plus grande tolérance sur l’île.

Alors pourquoi ces arrestations de dissidents ? Est-ce parce que, comme certains aux États-Unis se sont empressés d’affirmer, que Castro espérait que l’attention du monde soit détournée par la guerre en Irak, que personne ne s’en rendrait compte ou réagirait à l’emprisonnement de quelques dissidents ?

Non, cette explication ne cadre pas. D’abord, aucune personne en possession de toutes ses facultés (et on peut nier tout ce que l’on veut à Fidel Castro, sauf ça) n’irait penser que l’arrestation de 80 dissidents, dont beaucoup sont des figures connues internationalement, passerait inaperçue. Les Cubains s’attendaient à de vives réactions, et ils ne se sont pas trompés.

Ensuite, le moment pouvait difficilement être plus mal choisi du point de vue de Castro. La commission des droits de l’homme de l’ONU a entamé sa séance annuelle pour décider, entre autres, s’il faut condamner Cuba pour violations des droits de l’homme. Etant donné la plus grande tolérance mentionnée ci-dessus, il semblait que Cuba avait de bonnes chances d’éviter une condamnation cette année. Les arrestations, survenues en ce moment précis, rendent une condamnation plus probable.

En tenant compte de tout cela, pourquoi ces arrestations et pourquoi maintenant ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord noter que la plus grande tolérance à l’égard des dissidents était une réponse aux ouvertures de certains groupes du Congrès des États-Unis et du public états-unien en faveur d’une politique moins agressive de la part de l’administration Bush. Mais au contraire, sa politique et ses discours sont plus hostiles et menaçants que jamais. Il a ignoré tous les offres de dialogue et s’est contenté de garder le cap sur un changement de régime à Cuba.

Comme l’a déclaré publiquement James Cason, Chef de la Section des Intérêts des États-Unis (à Cuba), un de ses taches était de promouvoir "la transition vers une forme participative de gouvernement".

Il est certain que nous aimerions tous voir une société plus ouverte à Cuba, mais ce ne sont pas les États-Unis qui devraient en assurer la promotion ou la réalisation. En fait, ce n’est pas aux États-Unis de décider de la forme du gouvernement à Cuba parce que Cuba, après tout, est un pays souverain.

L’administration Bush n’était pas à l’aise devant les signes d’ouverture de la part de Castro, parce que cela ne faisait qu’encourager les partisans d’un assouplissement des restrictions de voyages et d’une levée de l’embargo. De nouvelles initiatives dans ce sens étaient attendues au Congrès cette année. Que faire pour les éviter ?

Ce que l’administration Bush a fait est très clair. Elle a ordonné au Chef de la Section des Intérêts des États-Unis à la Havane d’entamer une série de réunions ouvertement provocatrices avec des dissidents, allant jusqu’à organiser des séminaires dans sa propre résidence et distribuer toutes sortes de matériel. Il a même tenu des conférences de presse après certaines de ces réunions. Certaines de ces réunions auraient pu faire partie de la routine, si leur sujet n’était pas le renversement du régime. Mais les choses étant ce qu’elles sont, les Cubains en sont arrivés à conclure que ces réunions étaient de nature "subversives" et de plus en plus provocatrices.

En général, les personnes arrêtées n’ont pas été accusées d’exprimer une opinion contre l’état, mais de "comploter avec des diplomates Etats-uniens." Il faut noter que les diplomates Cubains rencontrent souvent des citoyens états-uniens, c’est vrai. Mais pour comprendre la position des Cubains, imaginons la réaction du gouvernement des États-Unis si ces diplomates rencontraient des membres du Parti Indépendantiste de Puerto Rico afin de promouvoir l’indépendance de cette l’île. Il se pourrait que le Procureur ne fasse pas arrêter tout le monde, mais personnellement je ne le parierais pas.

Et le début de la guerre contre l’Irak a joué un rôle dans ces arrestations. Les Cubains l’ont perçu comme un signal que les États-Unis étaient déterminés à peser de tout leur poids et d’écarter de leur chemin tous ceux qu’ils n’aimaient pas, y compris par le recours unilatéral à la force. Comme me l’a déclaré récemment un officiel Cubain : "Votre nouvelle politique de guerre préventive change les règles du jeu, nous sommes obligés de faire clairement savoir que nous ne nous laisserons pas faire".

C’est ainsi que nous avons assisté à cette vague d’arrestations et à une vague exagérée de réactions. Les Cubains ont fait exactement ce que l’administration Bush voulait qu’ils fassent. Pratiquement toute la communauté dissidente a été arrêtée et passent en procès (ou vont le faire bientôt) et risquent de très lourdes peines et peut-être la prison à vie. C’est tragique.

Cette affaire ne sera pas facile à oublier et empêchera une amélioration des relations entre les États-Unis et Cuba, tant qu’une amélioration ne se fera pas sentir à l’intérieur de Cuba. Pendant ce temps, l’Aministration Bush continuera à exercer ses pressions et ses provocations, comme pour empecher une telle amélioration.

Il a été dit que Castro a simplement considéré que le moment était propice pour mettre un terme à la dissidence à Cuba, et il y a certainement une part de vérité là-dedans. Castro n’a jamais aimé la critique.

Néanmoins, ces dernières années, il a toléré les critiques contre le système. Si les choses avaient continué en l’état, il aurait peut-être continué à le faire. Mais la situation a changé, non seulement entre les États-Unis et Cuba, mais au plan international, et ce d’une manière que l’opinion publique des États-Unis n’a pas encore tout à fait compris.

Dans cet avenir sombre qui nous attend, les gens de bonne volonté aux États-Unis qui aspirent à de meilleures relations entre nos deux pays, à une société plus tolérante à Cuba, devront se raccrocher à l’idée que la meilleure manière pour y parvenir est de réduire les tensions, d’entamer un véritable dialogue et de multiplier les contacts.

Comme l’a souvent dit Elizardo Sanchez, militant des droits de l’homme à Cuba, "plus il y aura des citoyens états-uniens dans les rues Cubaines, meilleure cela sera pour une société plus tolérante, alors pourquoi maintenez-vous les restrictions aux voyages ?" Les politiques menées par les Administrations successives depuis 44 ans n’ont rien accompli de positif. Pire, la politique de Bush n’a produit qu’une répression accrue. Exactement le contraire de ce que nous devrions souhaiter !


Wayne S. Smith, now a Senior Fellow at the Center for International Policy, was Third Secretary of Embassy at the American Embassy in Havana from 1958 until the U.S. broke relations in January of 1961, and was Chief of the U.S. Interests Section in Havana from 1979 until 1982. http://ciponline.org/cuba/humanrights/2003dissidentcrisis.htm

Écrit par : quaeps | 04/03/2007

quaeps si tu fuis, d'ailleurs tu évites le point de départ de cette discussion avec la plus grande précaution .

Par contre rien à dire concernant l'article que tu as posté dernièrement .



J’avais emporté à Cuba le " manifeste " paru dans le monde du 30 novembre, la veille de mon départ, signé par Raphaël Enthoven, Julien Cantegreil, Geoffroy Lauvau, Romain Paserot et Alexandre Viros, intitulé " Cuba, où est la gauche française ? " à propos du " projet Varela ", du nom d’un prêtre indépendantiste du XIXe siècle, une pétition qui s’était donné pour but d’obtenir la libération de prisonniers politiques et la tenue d’élections libres. Pour cela, selon l’article 88 de la Constitution cubaine, il fallait réunir la signature de dix mille Cubains. C’est ce qu’a obtenu, 11 020 signatures exactement, en dépit des pressions et des menaces, Oswaldo José Pay Sardi¤as, dit Pay , l’un des principaux représentants du Movimiento Cristiano Liberaci¢n (mouvement chrétien libéral). Le 10 mai 2002, Pay les a déposées officiellement à l’Assemblée nationale cubaine. Le 12 mai, lors de son voyage à Cuba, Jimmy Carter parle à La Havane du " projet Varela " tandis que, de son côté, George W. Bush prononce à Miami un discours liant la levée de l’embargo à la tenue d’élections libres dans l’île, mettant le dirigeant cubain dans l’embarras. La réponse de Fidel Castro vient le 26 juin sous forme d’une pétition réunissant 98,97 % des électeurs cubains déclarant le socialisme " irrévocable " et l’adoption, à main levée et à l’unanimité, d’un amendement à la Constitution rendant intouchable la Constitution cubaine... Pour son action, le Parlement européen a décerné à Oswaldo Pay le prix Sakharov pour la liberté d’expression qui doit lui être remis le 18 décembre. Aux dernières nouvelles, enfin une bonne, il aurait été autorisé par le gouvernement cubain à se rendre à Strasbourg recevoir son prix. Ce sera la première fois que Pay aura le droit de quitter son pays.

La lecture du manifeste, appelant le Parti socialiste à prendre position lors de son congrès de mai 2003 en faveur " d’élections libres et transparentes à Cuba " m’a donné à réfléchir sur mon attitude envers la politique cubaine et le bien-fondé de mes fréquents séjours dans un pays d’où la liberté d’expression est bannie et où le peuple cubain fait face chaque jour aux difficultés économiques renforcées par l’omniprésence du dollar dans la vie économique : pas de dollars, pas de quoi s’acheter un peu de viande, de poisson, une paire de chaussures, des livres... N’étant pas douée pour l’introspection, n’aimant ni le tourisme sexuel ni les plages, je ne serais pas à même de dire avec une totale honnêteté ce qui m’attache à Cuba. Je marche, je regarde, j’écoute... Dans de précédents " Pêle-mêle ", j’ai critiqué, pas assez selon certains lecteurs, avec courage, selon des amis cubains exilés en France, le régime castriste. Mais cela ne s’appelle-t-il pas se donner bonne conscience ? Quoi qu’il en soit, j’aurais pu signer : Cuba, où est la gauche française ?

Écrit par : jean | 04/03/2007

jean la girouette... regine deforges...la copine d'Israel Shamir...cohérence quand tu nous tiens...pour info, la couverture de Cuba par l'Huma est une honte depuis des années, tout le monde le sais, sauf toi...hi, hi...

la réponse à ta question s'y trouve pourtant, il suffit de savoir lire et de connaître un peu la politique et l'histoire cubaine...bon, je sais, pour comprendre, tu préfères attendre les prochaines vacances de Migeot à Cuba...chacun son truc...

"Le 10 mai 2002, Pay les a déposées officiellement à l’Assemblée nationale cubaine. Le 12 mai, lors de son voyage à Cuba, Jimmy Carter parle à La Havane du " projet Varela " tandis que, de son côté, George W. Bush prononce à Miami un discours liant la levée de l’embargo à la tenue d’élections libres dans l’île, mettant le dirigeant cubain dans l’embarras. La réponse de Fidel Castro vient le 26 juin sous forme d’une pétition réunissant 98,97 % des électeurs cubains déclarant le socialisme " irrévocable " et l’adoption, à main levée et à l’unanimité, d’un amendement à la Constitution rendant intouchable la Constitution cubain"...clair, non ?

Écrit par : quaeps | 04/03/2007

jean jaures A partir de là l'ensemble de la presse emboite le pas, une véritable
parade militaire, cela va de l'Express au Nouvel Observateur, à Marianne, à
Libération jusqu'au canard enchaîné. Sans parler des journaux régionaux
comme Ouest-France, la quasi totalité de la presse française dit la même
chose. Il faut ici noter le rôle de l'Humanité qui a contribué puissamment
à cette scandaleuse censure, sans parler de Marie Georges Buffet qui a
réclamé (et obtenu pour une fois) des santions de l'Europe contre Cuba.

Écrit par : quaeps | 04/03/2007

quaeps ce qui est scandaleux (si j'ai posté l'article , très mal rédigé et bourré d'"approximations", de Deforges , c'est pour rire de toi) c'est de considérer une pétition signée par 99,37% de la population comme autre chose qu'une arnaque totale . C'est un mépris total pour une population , surtout après avoir prétendu que celà avait été fait sous le sceau du vote secret (en fait ça ce n'est pas du mépris , c'est juste un mensonge pur et dur) .
Je suis persuadé que Castro lui-même serait étonné que quelqu'un croit réellement à la légitimité de cette farce .

Écrit par : jean | 04/03/2007

jean le poisson rouge... pour clore ce festival de rigolade, vraiment, je te signale que ta mémoire de poisson rouge à effacé les textes postés il y a quelques temps déjà sur le projet varela...tu peux les relires, jamais je n'ai parlé de vote secret...apparement, soit 1 tu as une mémoire de poisson rouge et tu avais oublié que c'était une pétition nominative, sinon, lors de notre discution de vive voix, tu me l'aurais fait remarqur SI je t'avais parlé de vote secret, 2 tu ne COMPRENDS RIEN à ce que je dis....

pour la bonne bouche..."très mal rédigé et bourré d'"approximations"...tu as raison, relis Arrabal, lui, il sait...

Écrit par : quaeps | 05/03/2007

jean bakunin A ce que je vois, le carnaval continue pour toi...IMPOSTEUR...hi, hi...

Écrit par : quaeps | 05/03/2007

quaeps 1. avant de parler de poisson rouge , souviens toi de tes paroles d'il y a moins de 15 jours "les Cubains ont voté secrètement à plus de 99% pour le caractère irrévocable du..." (je sais ce ne sont pas les termes exacts mais c'est la substance , ne nie pas (enfin ne mens pas une fois de plus)) .
2. je comprends très bien que tu mens .
3. si tu trouves le texte bien écrit et sans approximations , je te laisse libre de ton jugement (qui comme d'hab' est nul) .
4. concernant ta remarque pour le carnaval :-),de 1 je me fous complètement de ton obsession concernat ce fameux site , de 2 n'oublie pas que la naissance du blog sur lequel nous nous engueulons épistolairement est né du fait que tu es un PIGEON crédule (et ça a tellement bien marché que même quand je t'ai révélé le piège , tu as eu du mal à le croire (comme chaque fois qu'on te met face à la vérité)) .
5. ta petite phrase concernant Arrabal est symptomatique de ce que serait le monde avec des gens qui partagent toutes tes idées (heureusement il y en a peu) .
Sur ce , cette discussion tourne en rond et donc je te laisse avec ta douce illusion de plus de 99% d'une population se levant comme un seul homme pour aller signer une pétition en toute liberté (juste encadré par 120000 comités de quartiers) . Seulement croire (ou pire faire semblant de croire) que cette chose puisse être vraie fait purement et simplement de toi ou un pigeon au cube ou un triple salaud .

Écrit par : jean | 05/03/2007

jean le pigeon 1 TU MENS...comme d'hab...et tu ne réponds pas...comme d'hab...
2 TU MENS...comme pour tes calculs PROUVANT que la pétition était une arnaque, comme tes 49%....etc...
3 tu ne comprends pas l'ironie, comme d'hab...cfr. nos blogs...
4 C'EST TON BLOG...tu peux crier, gesticuler, faire ce que tu veux, tu AS ETE DEMASQUE dès le premier jour (contrairement au premier, comme je l'ai, reconnu dès le début...)...ce second blog et ton acharnement à ne pas reconnaître ton MENSONGE alors que tu as été PRIS LA MAIN DANS LE POT DE CONFITURE(il aurait fallu filmer ta tête...) est symptomatique de ton honnêteté...
5 ta lecture précipitée d'Arrabal est symptomatique de ton inculture crasse, mainte fois démontrée et toujours refoulée...cfr...le dernier article de mon blog qui explique toujours et pour toujours tes gesticulations...

je crois, comme tout individu normalement constitué, que si l'URSS avait lancé une pétition type Varela(version communiste, bien entendu...) dans les années 60 (enfin, si elle avait pu, ne rêvons pas...) aux USA, et que le gouvernement avait mobilisé son administration pour faire signer une pétition nominative pour contrer celle-ci, le score aurait été bien plus élevé que 99%...
si toi pas comprendre que pétition Castro vouloir dire "Voulez vous envoyer Georges Bush et les mafias de Miami se faire foutre?", toi pas comprendre, si toi pas comprendre expression "pression polpulaire", si toi pas comprendre que à Cuba, société basée sur la solidarité et l'entraide, les sympathisants d'un gouvernement voué à transformé l'île en paradis néolibéral (genre Colombie, Haiti, Guatemala, etc...) sont mal vu et parfois même "mis au ban", relis un bon livre sur le Mc Carthysme, ça te ferra des vacances...neu-neu..

Écrit par : quaeps | 05/03/2007

quaeps 1. tu sais très bien que tu mens , tu sais très bien que tu as dit que ce pourcentage était réel et avait été obtenu avec un vote secret (qui avait d'ailleurs été admiré par J. Carter) . Il n'y a pas à essayer de fuir , c'est comme ça pas autrement .
2. la pétition est une arnaque totale (prétendre le contraire est non seulement infâme et dégueulasse mais surtout très con) . 99,37% de signatures pour 97% de la population sachant écrire, même un handicapé mental verrait la contradiction , mais toi non .
3. nos blogs sont nés de ta crédulité et de ta prétention, le reste n'est que tentative vaine pour masquer ce fait incontestable .
4. la preuve ultime étant sans doute le fait que je ne t'en parle JAMAIS, que je n'aborde JAMAIS le sujet (pour la bonne et simple raison que j'en ignore TOUT) . Mais je te l'ai déjà dit mille fois , si il t'est plus facile de vivre en pensant qu'il est de moi , je t'en prie fais comme ça .
5. lecture autorisée et non autorisée , lecture=adhésion totale ; je connais ta mesure et ton manichéisme : inutile d'insister .
D'ailleurs, si il te plaît de croire à cette pétition , d'y voir autre chose qu'une farce : libre à toi ; mais permets moi de te dire une fois pour toute : non seulement c'est stupide (en fait pour y croire il faut un neurone de moins qu'une majorette, tu as vraiment de la chance de ne pas devoir porter un lange) mais c'est surtout crapuleux et salaud .

Écrit par : jean | 05/03/2007

poisson rouge... 1 tu dérailles, je t'ai parlé du taux de vote blanc ou nul à Cuba (de 1 à 3%, très proche du pourcentage de gens qui n'ont pas signé la pétition, 98,03 d'après Fidel Castro lui-même...), vote secret, lui, et je t'ai mis au défi de m'expliquer pourquoi les cubains ne manifestent pas plus leur désaprobation du régime castriste par ce moyen sans risque, et là, ne trouvant, encore une fois, pas de réponse, tu as inventés de toute pièce une histoire qui ne colle pas avec la réalité...nous avions déjà longuement conversé sur nos blog de la pétition NOMINATIVE...
2 je ne vais pas contester tes calculs, ni essayer de savoir si les illetrés sont considérés comme comptable dans les calculs cubains, que des illetrés aient signés ne m'étonnerait pas plus que ça, en amérique latine, des millions d'illetrés votent à des "élections" sans que personne ne s'en formalise, si on a dit à quelques uns "signe, c'est pour emmerder Bush", c'est une broutille au norme latino-américaine...
3 nos blogs sont nés de ta RAGE d'avoir été démasqué...un inculte dont les seules lectures étaient la meuse et Cronin...
4 tu m'en a parlé PLUSIEURS fois, tout est dans nos blogs, relis, tu sais....
5 lecture tout court...la meuse pour toi...heureusement que je suis arrivé...non, je déconne, là, c'est pire....
crapuleux et salaud, tu veux dire comme "Israel a le droit de se défendre"...hihihihihihih

Écrit par : quaeps | 05/03/2007

jean doris PS: j'ai parlé de Carter pour signaler qu'il avait fait état de la transparence du processus électoral cubain, son expérience dans le domaine étant un gage de "sérieux"...pour des gens comme toi....

Écrit par : quaeps | 05/03/2007

quaeps 1. le même pourcentage qu'en URSS à l'époque, est-ce par hasard ? A mourir de rire .
Les calculs ne collent pas du tout à ce qui serait un chiffre acceptable pour autre chose qu'un idiot ou un fanatique .
2. qu'un illettré signe une pétition et que pour toi ce soit non suspect ne m'étonne pas .
3. non n'essaye pas , juste pour montrer que si tu te dis cultivé , tu n'en eis pas moins crédule , naïf et pour synthétiser peu subtil (oui bon c'est de la LQR mais je fais ce que je veux) .
4. la dernière fois remontant à quelques jours après mon retour de Pologne (il y a donc plus d'un an) si je ne m'abuse ; et pour te dire que pendant ce temps-là le blog en question avait été "augmenté" (une ou plusieurs fois, je ne sais plus) .
5. un âne savant c'est avant tout un âne , tu auras beau faire et lire...

Transparent à condition de voter pour (ou s'abstenir au mieux) l'unique liste autorisée ; tu es à vomir .

Écrit par : jean | 06/03/2007

quaeps es pas "eis"

Écrit par : jean | 06/03/2007

jean val 1 à mourrir de rire en effet, je ne prétends pas et n'ai jamais prétendu que le processus électoral soviétique était transparent,contrairement au système cubain, et encore une fois, quand les réponses ne collent pas...vite un arrêt du crime...classique...
les chiffres collent pour ceux qui connaissent et comprennent la réalité cubaine...c'est à dire pas toi...

2 oui, que ça ne m'étonne pas ne veux pas dire que je le cautionne...inculte...

3 LQR...pas la peine d'en rajouter...pour me montrer ta "culture", tu employe des termes que tu n'aurais JAMAIS appris sans moi...merci qui?

4 oui, je l'ai déjà dit, tu t'acharnes, tu postes et repostes...mais ça ne change rien...je sais et tu sais que je sais, c'est ça qui est dur hein....
" preuve ultime étant sans doute le fait que je ne t'en parle JAMAIS" J. Tilkin
"la dernière fois remontant à quelques jours après mon retour de Pologne (il y a donc plus d'un an) si je ne m'abuse " J. Tilkin
cohérence quand tu nous tiens....

5 un âne est avant tout un âne...et tu auras beaux braire...tu sais et tu sais que je sais...Cronin....

tu ne connais rien au système électoral cubain...vite wiki...au secccouuuurs...
le vote blanc est un moyen évident pour montrer sa déprobation d'un système...comme tout le monde le sait...

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

quaeps 1. Tout à fait transparent en effet , votez Castro ou votez...ah merde non y a rien d'autre, ben votez pour le seul parti autorisé alors ; c'est vrai c'est transparent , dégueulasse , dictatorial et oppresif mais transparent . Un modèle pour toi .
2. non c'est plus que cautionner que tu fais , c'est soutenir , admirer et défendre bec et ongles .
3. ah dire LQR, c'est de la culture , mon pauvre ami décidément rodomont .
4. je t'en parle quand tu m'en parles (et de toutes façons jamais du contenu puisque je ne sais absolument pas ce qui s'y passe) . Mais bon pour la 65432eme (quand je te dis que tu n'es pas brillant , inutile de le souligner) , si ça t'aide à surmonter ta nervosité maladive fais comme ça .
5. du "c'est celui qui dit qui est" , vraiment quand je dis que ton acuité et ton intellect sont fort limités , il est inutile que tu le soulignes par la preuve absolue .

Ce que tu dis est tellement bête que les bras m'en t
o
m

Écrit par : jean | 06/03/2007

jean jean 1 comme je le disais...tu ne connais rien au système électoral cubain...vite wiki...au secccouuuurs...
merci de confirmer...
je sais, toi tu préfères "votez pour qui vous voulez, de toute façon, c'est le marché qui décide..."...la démocratie selon St Jean...
2 oui, soutenir et admirer et défendre...avec des réserves mineures, mais tu as raison pour l'essentiel...je soutiens la révolution cubaine...avec ses défauts et ses qualités...un peu comme toi avec le libéralisme...inculte...
3 c'est TA façon de me montrer ta "culture", moi, je le lis, toi tu le cites...comme d'hab....
4 FAUX, TU me parles de sujet posté sur TON blog...encore Finkelstein et son supposé révisionnisme (interview trafiquée...du MEMRI...TA source favorite...) lors d'un barbecue chez toi...tu sais celui où tu as aussi dit "Sarkozy, faut dire, il fait ce qu'il dit..."...tout est ECRIS sur nos blogs...
décidémment, plus tu te débat, plus tu t'enfonces...arrêtes, tu touches le fond...

5 les bras t'en tombent...comme quand je t'ai surpris sur "overblog"....hihihihihhi

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

jean alzheimer.... "J'adooore Chavez, MAIS il doit sûrement détourner une partie de la rente pétrolière, sinon, les vénézuéliens seraient plus riche....." J.T.
"Je déteste Sarkozy, mais il faut avouer qu'il fait ce qu'il dit...." J. T.
"Mais pourquoi les défenseurs de la cause palestinienne en reviennent-ils toujours à la seconde guerre mondiale (autrement dit, la Shoah...)?" J. T.
En parlant du soldat israélien enlevé: "Tu voudrais qu'il meure, je sais, tu voudrais sa mort hein, toi tu préférerais qu'on le tue, mais dis-le que tu préfèrerais qu'on le tue...." J. T.
"Norman Finkelstein, celui qui dit que les juifs n'ont jamais mis d'argent dans les banques suisses..." J.T. (cfr. article sur ton blog "je suis ridicule, mais je m'obstine")

Désolé, mais il m'étais impossible de ne pas consigner ces petits chefs-d'oeuvres...attention, ça empire...

posté le 03/07....largement après ton voyage en Pologne....tu disais déjà que Chavez se comportait en vulgaire dictateur...comme quoi...

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

quaeps 1. connaître le système électoral ne sert à rien , puisque dans les faits les élections ne servent à rien . Par contre , je sais ce que je veux dire "wiki" et toi non (puisque tu l'utilies à mauvais escient) .
2. le fait d'emprisonner des gens pour leurs opinions ne faisant pas partie de tes réserves mineures...mais tu te fais le champion de la démocratie .
3. c'est malheureusement ce que je disais , tu appelles ça de la "culture" . Tu peux lire tant que tu veux , ça ne changera rien à ton entendement (ça gonflera juste un peu plus ta vanité) .
4. Interview truquée par des imitateurs de chaîne de télévision d'extrême-droite je suppose (source que j'ai découverte grâce à Bruno Etienne que tu adores, c'est ce que tu appelles de la cohérence...).
5. ne ris pas aussi nerveusement, tu vas encore avoir des plaques...


Pour toi pas besoin de best-of : il suffit juste de se dire que tu ignores que tout ce qui n'est pas interdit par la loi est autorisé (et qu'en plus tu le contestes avec force); celà prouve ta "culture"...

Écrit par : jean | 06/03/2007

quaeps A Cuba, inciter à l'abstention est un délit qui est catalogué dans les délits contre la sécurité de l'Etat. Ce que pour d'autres sociétés signifie une preuve des libertés dont jouissent les citoyens, ici c'est perturber le déroulement des élections et référendums, et mettre l'Etat en danger.

Cette conduite, contenue dans le délit de sédition, est répertoriée dans l'article 100 du Code Pénal qui classe les sanctions selon leur gravité estimée et dit que "ceux qui de façon tumultueuse et après accord expresse ou tacite, en employant la violence, perturbent l'ordre socialiste ou le déroulement d'élections ou référendums... seront punis de : A) D'une peine de prison de 10 à 20 ans, ou de la peine de mort si le délit a été commis en situation de guerre, ou qu'il affecte la sécurité de l'Etat, ou pendant une grave altération de l'ordre public ou dans une zone militaire, avec recours aux armes ou à la violence; B) D'une peine de prison de 10 à 20 ans, si le délit a été commis sans recours aux armes ni à la violence, mais dans l'une des autres circonstances; C) D'une peine de prison de 1 à 8 ans dans tous les autres cas."
Dans la pratique, on emploie la marge laissée dans l'alinéa "C" pour condamner jusqu'à huit ans de prison tous ceux qui ont l'intention "d'entraver les élections" par des appels à l'abstention, ce qui représente une interprétation très large du précepte et une forme qui viole visiblement un droit reconnu aux citoyens du monde civilisé. (...)

Sanctionner tous ceux qui s'abstiennent aux élections, ou qui incitent d'autres à le faire peut sembler illogique pour ceux qui jouissent de la liberté d'expression, de presse et toutes autres libertés consignées dans la Charte Universelle, mais c'est là un pâle exemple de comment sont bafoués les droits du citoyen dans notre pays, et de comment ces violations sont considérées dans l'ordre institutionnel comme des délits communs qui, en étant reconnus comme tels dans le Code Pénal, peuvent être rendus plus sévères - dans une logique floue et abusive - qu'à Cuba il n'y a pas de "délits politiques" et encore moins de prisonniers politiques de cette nature-là.





Le modèle de démocratie...

Écrit par : jean | 06/03/2007

jean le cronin... désolé, je n'arrive pas à poster...trop long peut-être, j'ai du mettre mon dernier sur mon blog....

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

jean derrick pour info, j'ai TOUJOURS dis (et écris sur le blog...) et je MAINTIENS que les lois sont faites POUR et PAR les classes dominantes...alors ton "tout ce qui n'est pas interdit par la loi est autorisé "...tu peux t'asseoir dessus...dans les FAITS, la réalité est tout autre...il suffit d'ouvrir les yeux...

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

quaeps il faut retaper le code en bas de page (il change)

pour le reste belle pirouette pour enter de masquer une ignorance de base , mais ça ne suffit pas .

Écrit par : jean | 06/03/2007

jean sans blague...il faut changer de code...je l'ai fait 20 fois....et ça n'a jamais marché...

aucune pirouette, j'ai mal au dos, juste des faits et de bonne lecture...je sais, toi, tu crois tout ce qui est dit par une instance officielle...rien de neuf...

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

quaeps c'est effectivement ton texte qui est trop long pour un commentaire (je ne savais pas que c'était à ce point là) .
C'est plus qu'une pirouette , c'est encore un mensonge alors (je me rappelle de ton exemple stupide sur la zoophilie).

Écrit par : jean | 06/03/2007

désolé... 1 il y a deux ans, nous ne discutions JAMAIS de politique, JAMAIS, à l'époque, j'étais déjà à fond dedans(depuis 2000 en fait) et je me régalais donc à écouter mes amis donner à l'occasion leur avis sur tel ou tel évènement....j'étais consterné, et c'est d'ailleurs pour ça que je ne faisais de prosélitisme(j'ai une fois prêté un michael moore à christian daneels, mais jamais je n'ai parlé de mes opinions et lectures avec toi ni avec qui que ce soit d'autres...)
je suis aller en ville avec toi des centaines de fois, et JAMAIS je ne t'ai vu acheter un livre, parcourir le rayon librairie de la FNAC(comme je m'amuse à te voir le faire maintenant...)

je me suis aussi beaucoup amusé, aux premiers jours de nos discutions, à te demander où et comment tu avais acquis toute ces belles certitudes, à te voir te retourner les méninges pour trouver le nom d'un auteur ou d'un livre qui ferait l'affaire, mais non, RIEN, enfin, si Cronin, j'en ris encore....

sans oublier tes favoris internet...VIDE, complètement vide, je l'ai vérifié moi-même, chez toi, le jour où tu m'as dis "j'ai trouvé la constitution, viens donc me dire ce que tu n'aimes pas..."....

quand je les vois maintenant, sous leur appelations "politique" et "culture"....j'en ris encore...

sans oublier, plaisir suprême, t'entendre parler de Chomsky, Said, Finkelstein, Vidal, Ramonet, Jennar, etc,etc...dont tu n'avais JAMAIS entendu parler il y deux ans(et pour cause, où et comment?)...je jubile...

un truc super aussi, c'était de te voir courrir à la fnac et revenir avec une série de livre...arrabal(bon, Cuba, c'est fait...), barnier(l'Europe, c'est fait...), un livre sur les Khmers(le communisme, c'est fait...), un chomsky(histoire de savoir qui est ce monsieur)...livre qui ont en commun plusieurs chose, ils sont court (donc vite lu, genre "prêt à penser) et leur titre sont souvent évocateur, une presque constante dans tes futures lectures (la maladie de l'islam, lettre à franco, etc...), ce qui te vaudra une bonne leçon...humm.."logique du terrorisme", "c'est bon, c'est court, j'espère que ça parle des arabes"...et boum, jean vient d'acheter un livre qui explique le 11/09 sous l'angle du complot et qui acrédite la thèse de Meyssan sur les attentats du 11/09...un complot(d'ailleurs, pour bounan, tout est complot...), et il s'en rends à peine compte...c'est pas formidable ça....

sans oublier ton flair légendaire....un livre d'histoire, je prends Remond (l'historien officiel de la droite, et sans le savoir en plus...chapeau..), un Revel (Monsieur anticommunisme...LE maître), etc...

parfois, les erreurs arrivent...mais bon, il suffit de :"Bruno Etienne raconte n'importe quoi, "la france est le seul pays laic d'europe"(ou je ne sais plus quoi)...etc...

que de moment de bonheur...

puis ton blog, sur lequel tu m'as bien piégé je l'avoue, qui t'a permit de discuter avec moi en te donnant l'épaisseur dont tu manquais(c'est une image...):et une étudiante en histoire parente avec des ex-communistes, et un chauffeur du tec(utile dans une conversation sur le sujet

ton second blog, ridicule, vraiment, décevant même, tu t'es sûrement dis, je vais lui refaire, il sera consterné....

un libanais, anglophone(Bakunin), pas religieux(voir ses liens Jihad), le nom de son blog(un anarchiste, tiens, tiens...), la devise(celle de l'Huma...pour un anarchiste, pas mal...), son blog est sur overblog, il arrive sur mon blog(skynetblog), le JOUR même où il débute le sien...et il m'aime, et il me trouve(alors que jusqu'ici...pas grand monde...), et TU parles sans arrêt de chose qu'IL poste(encore hier, le protocole, hier finkelstein, etc...), et tu le mets DIRECTEMENT en lien...et il se sert du MEMRI, du reseau voltaire, de rezo, etc...

par pitié, tu sais, je sais, tu sais que je le sais...

mais malgré tout ça, tu n'as pas changé:il y a deux an, tu étais: anticommuniste, anticastriste, groupie de l'Europe, attaché à la "sécurité" d'Israel, libéral tendance bolkenstein, prêt à débusquer ces islamistes qui veulent "nous imposer leur islam de cinglé"...hier, tu ne savais pas POURQUOI tu pensais ça, c'était naturel(TINA), depuis deux ans, tu as du justifier tes prises de positions(les changer aurait été bien trop humiliant...), et pour ça, pas trente-six solutions, il faut aller chercher les justifications chez ceux qui tirent avantages de la situation actuelle...cfr. tes maîtres...

mais si mon parcourt n'explique en rien mes convictions(ma famille pense comme toi, St Hadelin et les rivageois ne sont pas précisément des haut lieux de politisation radicales, mes amis proches tu les connais...mes collègues, il vaut mieux pas, etc...), il faut te faire un aveu...le HASARD y est pour beaucoup...un boulot avec plein de temps libre, un bouquin qui me titille ("Dégraisser-moi ça de Michael Moore dont on commençait à parler dans...Première), puis un deuxième, un troisième...etc...

et voilà comment quelqu'un qui pensait EXACTEMENT les mêmes choses que toi il y a 6 ans est devenu un marxiste antisémite souteneur de dictature....

la vérité, et c'est ma conclusion, c'est que si tu étais venu me trouver il y a 6 ans pour m'expliquer ce que j'ai tenté de t'expliquer, j'aurais, j'en suis SUR, eu la même réaction que toi...la défense...

c'est, je crois, pour cette raison, maintenant que tu es lancé(uniquement grâce à moi, dois-je encore le repréciser et me jetter des fleurs...) que tu dois réfléchir seul...pas contre quelqu'un...je suis un obstacle, je m'en rends compte...et c'est pourquoi, je le jure maintenant sur ta tête, il faut définitivement banir la politique de nos discutions...stérile...et inutile...so long...

Écrit par : quaeps | 06/03/2007

quaeps Ah mon pauvre petit fat être tellement dans les cordes qu'on se sent obligé de ressortir le vomi que constitue ton "article" le plus stupide (ton impossibilité à envisager qu'on peut lire un livre sans adhérer à son propos étant la meilleure preuve de ta faillite) . Le fait qu'il y a 6 ans tu ignorais qu'il y avait un monde autre que celui de Pince et de Jay Lenno n'est pas pour rien dans les complexes hargneux que tu entretiens malheureusement et dans ton incapacité à avoir un jugement ouvert et équilibré .

Bon je te laisse avec tes certitudes tyranniques et idiotes chanter les louanges de ton ami Fidel en compagnie des 99,37% des Cubains qui ont signé spontanément (sous le regard bienveillant de 120000 comités de quartiers) la pétition contre le projet Varela (les malades hospitalisés dans les services de réanimation s'étant lancés les premiers dans la liesse populaire)

Écrit par : jean | 06/03/2007

jean la honte... oui, je sais, tu souffres, je n'y suis pour rien, la vérité est parfois difficle à admettre....pardon, vraiment...

Écrit par : quaeps | 07/03/2007

quaeps pour moi ça va , remarque d'ailleurs que contrairement aux tiens mes articles ne sont pas puants de morve , quant à la vérité tu es franchement à l'abri (déjà rien que le fait d'être persuadé qu'il existe une vérité situe ton niveau), monsieur 99,37% !!!

Écrit par : jean | 07/03/2007

jean To take just one crucial current example of the same doctrines, a year ago, after other pretexts for invading Iraq had collapsed, Bush’s speech writers had to come up with something to replace them. They settled on what the liberal press calls “the president’s messianic vision to bring democracy” to Iraq, the Middle East, the whole world. The reactions were intriguing. They ranged from rapturous acclaim for the vision, which proved that this was the most noble war in history (Ignatius), to critics, who agreed that the vision was noble and inspiring, but might be beyond our reach: Iraqi culture is just not ready for such progress towards our civilized values. We have to temper the messianic idealism of Bush and Blair with some sober realism, the London Financial Times advised.

The interesting fact is that it was presupposed uncritically across the spectrum that the messianic vision must be the goal of the invasion, not this silly business about WMD and al-Qaeda, no longer credible to elite opinion. What is the evidence that the US and Britain are guided by the messianic vision? There is indeed evidence, a single piece of evidence: our Leaders proclaimed it. What more could be needed?

There is one sector of opinion that had a different view: Iraqis. Just as the messianic vision was unveiled in Washington to reverent applause, a US-run poll of Baghdadis was released. Some agreed with the near-unanimous stand of Western elite opinion: that the goal of the invasion was to bring democracy to Iraq. One percent. Five percent thought the goal was to help Iraqis. The majority assumed the obvious: the US wants to control Iraq’s resources and use its base there to reorganize the region in its interest. Baghdadis agree that there is a problem of cultural backwardness: in the West, not in Iraq.

Actually, their views were more nuanced. Though 1% believed that the goal of the invasion was to bring democracy, about half felt that the US wanted democracy – but would not allow Iraqis to run their democracy “without U.S. pressure and influence.” They understand the quintessentially American faith very well, perhaps because it was also the quintessentially British faith while Britain’s boot was on their necks. They don’t have to know the history of Wilsonian idealism, or Britain’s noble counterpart, or France’s civilizing mission, or the even more exalted vision of Japanese fascists, and many others – probably also close to a historical universal. Their own experience is enough.

un peu comme les cubains quoi...ils sont fous ces irakiens...

Écrit par : quaeps | 07/03/2007

quaeps les USA veulent le pétrole cubain, c'est ça , monsieur 99,37% ? Ou s'assurer le contrôle des énormes ressources contenues à Saint Martin et Saint-Barth' en ayant un pied à terre à proximité ?

Quoique à 100% opposé à l'intervention en Irak , la chute d'un tyran comme Saddam est empiriquement une bonne chose (même si opposé à la peine de mort, j'étais également opposé à son exécution , pas comme certains soit disant adversaires de la peine de mort...hihihi comme tu dis) , le départ d'un Castro le sera également (même si dans l'échelle des connards tyranniques il se situe largement en dessous d'un Saddam) .

Mais bon encore une fois on s'éloigne de nos 99,37% de signataires...à croire que tu le ferais exprès .

Écrit par : jean | 08/03/2007

jean encore une fois, je t'ai mis exactement où je voulais...la bafouille en live assurée...comme A CHAQUE FOIS....

Écrit par : quaeps | 08/03/2007

quaeps oui oui monsieur 99,37% ; tu ne m'as amené nulle part , je te ramène de tes fuites à chaque fois , monsieur 99,37%

Écrit par : jean | 08/03/2007

quaeps oui oui monsieur 99,37% ; tu ne m'as amené nulle part , je te ramène de tes fuites à chaque fois , monsieur 99,37%

Écrit par : jean | 08/03/2007

quaeps (pour info, pas de polémiques ;-)) Le rêve de Léopold II
Le roi des Belges Léopold II (41 ans) rêve d'offrir une colonie à la Belgique. Ayant beaucoup voyagé avant de succéder à son père le 17 décembre 1865, il cultive un intérêt très vif pour l'outre-mer. C'est ainsi que le 19 septembre 1876, sa conférence de Bruxelles se conclut par la création d'une «Association internationale pour l'exploration et la civilisation de l'Afrique centrale», plus communément appelée Association Internationale Africaine. Elle est placée sous la présidence du roi et se donne un drapeau bleu étoilé d'or (semblable au drapeau actuel de l'Union européenne!).

Le 23 novembre 1878, Léopold II crée au nom de l'Association un Comité d'études du haut-Congo, lequel signe aussitôt un contrat de cinq ans avec le célèbre journaliste anglo-américain Henri Morton Stanley en vue d'explorer le bassin du Congo, principal fleuve d'Afrique centrale.

Malheureux Congo
La région a été en contact avec les Européens dès le XVe siècle. C'est ainsi qu'un roi du Congo s'était volontairement converti au catholicisme sous l'influence de voyageurs portugais. Mais les marchands d'esclaves occidentaux n'avaient pas tardé à combattre et détruire cet embryon d'État africain et la région était retournée à son isolement jusqu'à ce que survienne Stanley.

Avec une escouade de mercenaires européens et de supplétifs africains, l'aventurier remonte le cours du Congo et conclut des traités avec les chefs de tribus locaux, au nom de son royal commanditaire.

Les Belges n'ayant aucun goût pour les aventures coloniales (comme d'ailleurs les citoyens ordinaires du reste de l'Europe), c'est en son nom personnel et avec sa fortune que le roi mène la conquête du Congo... sans jamais y mettre les pieds.

Écrit par : jean | 10/03/2007

surtout pas de polémique, tu serais ridicule.... "avec sa fortune que le roi mène la CONQUETE du Congo"

Écrit par : quaeps | 10/03/2007

quaeps , tu parles en connaisseur...
… Aucun de ces projets ne put être mené à terme : le gouvernement belge résista fermement à toutes ces suggestions, celui-ci voyant l'acquisition d'une colonie comme un moyen de perdre de grandes sommes d'argent en n'en recevant que peu en retour.


La réponse de Léopold a été extraordinaire dans sa simplicité : si le gouvernement belge n'envisageait pas de prendre une colonie, il le ferait simplement en son nom, utilisant son droit de propriété en temps que citoyen ordinaire…


forcément pas en donnant de l'argent au populations locales (faut pas déconner quand même) mais en se l'appropriant en tant que terre n'appartenant à personne (ce qui est le cas de toute l'Afrique en cette période) et en supportant personnellement les frais (jusqu’en 1895, les revenus de la colonie sont insuffisants et aléatoires,Léopold II y va donc de sa fortune personnelle et obtient même des emprunts de l’Etat belge) pour en faire sa propriété privée (dans un premier temps).

Il est donc clair que le terme "acheter" ne s'applique pas tout comme le terme conquête dans le sens où tu l'entends (puisque c'est d'Europe qu'il en fait la conquête en se le faisant attribuer), dont acte (mais ce n'est pas pour ça qu'on apprend ou qu'on nous appris que L2 avait libéré le Congo, par contre ça a du être le cas au Congo lors de la colonisation) .

Écrit par : jean | 11/03/2007

jean belle fuite, mais tu es RIDICULE...Leopold n'a pas ACHETE le Congo comme tu l'as pretendu, il l'a CONQUIS, COLONISE, comme l'ont fait les autres monarques d'Europe...qu'il l'ai fait personellement ne change rien, je t'ai dit:" dans les manuels d'histoire belge, on nous apprends que Leopold à conquis le Congo, et tu m'as répondu, "il ne l'a pas conquis, il l'a acheté"...belle connerie...je vois qu'effectivement, tu as eu des cours d'histoire particulier assez spéciaux...cfr. tes connaissances historiques....
d'ailleurs le 06/05, déjà...
"les belges ont massacré des millions de congolais ? je l'ignorais, je savais qu'il y avait eu des abus et des atrocités, mais je n'étais pas du tout au courant d'un génocide "...J. Tilkin

Écrit par : quaeps | 11/03/2007

PATHETIQUE.... "mais en se l'appropriant en tant que terre n'appartenant à personne (ce qui est le cas de toute l'Afrique en cette période)"...comme donc acheter une "terre n'appartenant à personne"....sauf aux congolais, bien sûr, mais évidement, il ne compte pas...

Écrit par : quaeps | 11/03/2007

sorry, y manque un bout... commeNT donc...

Écrit par : quaeps | 11/03/2007

effectivement, Paya et toi avez la même notion de la démocratie... Le dirigeant du Mouvement Chrétien de Libération Osvaldo Payá Sardiñas a transmis un communiqué téléphonique au « Puente Informativo Cuba Miami », le matin du 11 avril 2002, en s’adressant au peuple vénézuélien pour soutenir le coup d’Etat qui venait de se produire dans ce pays.

Celui qui réclame la démocratie pour Cuba ne semble donc pas en faire autant quand il s’agit du Venezuela. En prêtant main forte aux putschistes vénézuéliens tandis qu’il affirme être à la recherche d’une issue démocratique et qu’il souhaite des élections dans l’île, il manifestait son soutien à ceux qui se moquaient de la volonté exprimée par les urnes au Venezuela, qui voulaient dissoudre toutes les institutions démocratiques, depuis le Parlement jusqu’au Tribunal Suprême et la fonction de défenseur du Peuple, et qui suspendaient la Constitution approuvée par référendum, à la majorité absolue des Vénézueliens. Au même moment, en ce qui concerne Cuba, Payá se présente comme le promoteur du « Projet Varela », qui consiste à recueillir des signatures pour demander une réforme du système politique cubain.

Paradoxalement, Payá a été décoré par le Parlement Européen en décembre 2002 avec le Prix Sakharov pour sa défense de la démocratie. C’est une reconnaissance pour, comme l’ avait alors affirmé Reporters Sans Frontières « la lutte d’une personnalité en faveur des droits de l’Homme et de la liberté ».

On se souvient que les auteurs du coup d’Etat avaient annoncé la dissolution de toutes les institutions, et avaient réalisé l’enlèvement du président en exercice, puis l’avaient emmené en avion vers une île du Venezuela ; celui qui devait le remplacer était l’homme d’affaires Pedro Carmona.

Il s’agit d’un communiqué très peu diffusé, que nous transcrivons dans son intégralité ci-dessous :




« Au peuple héroïque du Venezuela :
Depuis Cuba nous vous exprimons notre profonde admiration et notre solidarité pour avoir récupéré la souveraineté et l’avenir de votre pays.

Vous avez fait preuve d’un courage, d’une fermeté et d’un amour de la liberté très impressionnants. Par votre geste hautement moral, vous avez évité que votre nation soit rattrapée par le totalitarisme, ce qui aurait inauguré une longue étape noire pour le Venezuela.

Vous avez évité beaucoup de sang, de souffrances, de misère, de calamités, de haines et d’exil. Vous avez racheté votre propre liberté et la démocratie. La mémoire du libertador Simon Bolivar a été restituée au véritable garant du peuple souverain.

Permettez-nous d’exprimer toutes nos condoléances aux familles des victimes de la terreur sournoise. Le sang de ces combattants pacifiques a vaincu la haine par l’amour et la peur par la foi.

Nous tous qui aimons la liberté, et particulièrement les Latino-américains, sommes reconnaissants à ces martyrs, parce qu’ils se sont sacrifiés pour le Venezuela, et aussi pour la liberté, la démocratie et la paix de notre Continent.

Nous félicitons tous les citoyens venezueliens pour leur épopée civique, ses travailleurs, ses étudiants, ses femmes, ses soldats, ses pasteurs et tous les fils de ce peuple, et nous prions Dieu pour que les séquelles de cette étape difficile soient rapidement surmontées par l’esprit de réconciliation et de justice grâce à la bonne volonté du peuple.

Nous les Cubains qui empruntons dans des circonstances très difficiles les voies pacifiques et civiques pour susciter des changements en direction de la démocratie, nous célébrons la liberté des Vénézueliens dont ils ont su être les hérauts. Dieu bénisse le peuple du Venezuela,

Osvaldo Payá Sardinas, au nom du Mouvement Chrétien de Libération ».

Écrit par : quaeps | 11/03/2007

quaeps, là tu es vraiment ridicule ce n'est pas moi qui ai décidé que l'Afrique (pas seulement le Congo) n'appartenait à personne au 19e siècle (comment l'aurais-je fait...), je n'ai pas porté un jugement moral j'ai juste énoncé un FAIT : l'Afrique avait été déclarée Res Nullius par la conférence de Berlin de 1895 pour que les colons puissent se servir à l'aise(va vite faire un petit tour sur Wikipedia pour vérifier...et faire semblant d'avoir toujours su) .

Tu ne m'as jamais dit "...il a conquis..." , tu m'as dit "...à l'école on nous apprend bien que Leopold 2 a libéré le Congo..." c'est évidemment tout à fait différent .

De fait il l'a colonisé à titre personnel (ce que tu ignorais totalement) sur fonds propres (à l'origine contestable si tu veux) , sous une couverture "légale" et pas en envoyant des troupes pour coloniser et conquérir (sens que tu donnes à ce mot) .

Écrit par : jean | 11/03/2007

quaeps je n'ai jamais dit que Paya était un saint, ou que je partageais ses combats (ou tous ses combats); d'ailleurs des saints je n'en connais qu'un toi et on te fête tous les 28 décembre .

Écrit par : Jean | 11/03/2007

jean menteur: tu disais que Paya n'était pas pro-américain, qu'il voulait juste plus de démocratie à Cuba...on voit de quelle "démocratie" il parle, la même que toi....

j'adore quand tu dis "va vite faire un petit tour sur Wikipedia pour vérifier...et faire semblant d'avoir toujours su" ...alors que tu l'as appris sur wiki deux minutes avant...un PLAISIR....

c'est cela oui..

A partir de 1886, le commandement sur le fleuve Congo allait être confié pour la première fois à un Belge, Camille Janssen qui deviendra gouverneur général l’année suivante. Dès ce moment, de nombreux postes de cadre reviendront à des militaires belges mis à la disposition du roi par le Ministère de la Guerre. Les Scandinaves représenteront la plus grande partie du contingent occidental non belge.

Les fonctionnaires ou agents territoriaux étaient dans le début des années 1890 au nombre de 175. Ils étaient responsables de l’exploitation du pays. La majeure partie de ce personnel territorial (environ 60%), était représentée par les chefs de poste, généralement des sous-officiers, provenant des casernes belges. Les commissaires de district, souvent de jeunes lieutenants détachés de l’armée belge, avaient une partie de leur salaire versée par l’état belge et gardaient leurs droits à la pension en Belgique. Un tiers de ces agents partis au Congo avant septembre 1895 allait y mourir. Ce haut taux de mortalité allait graduellement diminuer à partir de 1900.

Les recrutés furent appelés "libérés". Ce type de "système de libération" avait déjà été appliqué avec grand "succès" par les Anglais , les Français et les Portugais, peu après la soi-disant abolition de l’esclavage. Ces "libérés" étaient soit rachetés à leur propriétaire soit tout simplement enlevés, et devaient servir l’état pendant un temps déterminé (très souvent durant 7 années s’ils survivaient). Razzias, saisie de prisonniers de guerre et de fuyards, sanctions, achats étaient les divers moyens pour obtenir ces auxiliaires nécessaires au bon fonctionnement du système mis en place par Léopold II. Ces hommes allaient soit servir la force publique soit être utilisés comme forçats aux différents postes.

tu vois wiki, il faut aussi savoir lire....

j'ai toujours su que Leopold avait "acquis" le Congo personellement, je t'ai d'ailleurs dis qu'il l'avait "donné" à la Belgique quand la gestion lui coutait trop cher....

Écrit par : quaeps | 12/03/2007

quaeps 1. je t'ai dit qu'il était contre l'embargo (ou alors si tous les gens qui sont contre l'embargo deviennent automatiquement "pro-américains" il y a une étape que j'ai du sauter) . Une des rares choses que tu m'aies dites et avec laquelle je suis d'accord c'est "...dire de quelqu'un qu'il est anti-américain c'est stupide...", je te fais donc remarquer que dire pro-américain l'est tout autant (forcément) .
2. J'ai assez de modestie que pour dire que j'ignorais que la conférence de 1885 avait déclaré l'Afrique comme n'appartenat à personne, mais toi tu l'ignorais et te feras crever un oeil plutot que de l'avouer (note que ça rend ta phrase "il l'a acheté à qui ?" plus que comique) .
3. En 1886 , le Congo est déjà "conquis" puisque propriété de Leopold 2 depuis 1885 (et de fait organisée de longue date par Stanley) . Maintenant qu'après l'"appropriation" du Congo par Leo le barbu il ait fallu des troupes pour faire ce qu'il voulait y faire, n'est un secret pour personne . Mais c'est indépendant ET postérieur à la prise de contrôle du Congo par Leopold 2 sur ses fonds propres .
4. Tu ne savais pas qu'il avait "acheté" le Congo sur fonds propres . Et il n'a pas remis le Congo à la Belgique quand la gestion lui a couté trop cher (puisqu'elle n'a commencé à lui rapporter qu'après 1895) . Il l'avait déjà cédé par testament à l'Etat Belge en 1899 (ou 1900) , que l'Etat avait accepté cette donnation uniquement si la gestion n'en coutait rien à l'Etat (bref , que le "bien" soit rentable). Et sous pression internationale (à cause des abus et horreurs sur place) le Congo est passé sous dépendance de l'Etat belge et plus du roi . Rien à voir avec une gestion trop chère .

Écrit par : jean | 12/03/2007

jean stanley 1 hors sujet, dans le contexte précis et clair qui est le notre dans cette discution, il va sans dire que "pro-américain" signifie "favorable à la politique américaine concernant cuba"...inculte...
pour l'anti-américanisme, je te renvoie à mes commentaires sur le sujet, assez clair, je pense...

être pro-américain à cuba (cfr. le CV de Paya) étant déjà assez difficle pour lui, il n'y ajoute pas le ridicule de soutenir l'embargo qui pourri la vie de ses compatriotes depuis 40 ans, il est con, mais pas à ce point...inculte...
2 je connais évidement beaucoup mieux l'histoire de l'impérialisme que toi, la version faits évidement, pas la version "livre d'histoire"....la tienne quoi...
je ne me rapelle bien sûr pas de toute les manoeuvres et autres conférences bidons que l'occident à mis en place pour justifier ses pillages...mais j'en connais beaucoup...pas celle-là, il est vrai...
C'EST TOI QUI A PRENTENDU QU'IL L'AVAIT ACHETE....et tu me dis "note que ça rend ta phrase "il l'a acheté à qui ?" plus que comique) ."....cohérence...encore....
3 hors sujet, que ce soit des mercenaires ou des soldats belge, ça ne change rien, je n'ai JAMAIS nié que Leopold avait agis en son nom, j'ai nié qu'il l'avait ACHETE...il l'a CONQUIS...ou FAIT CONQUERIR...c'est pareil....
4 bien sûr que je le savais (je l'avais appris en primaire, un peu après le suffrage censitaire...inculte..)...j'ai d'ailleurs sorti le reste de mon cours en disant qu'il l'avais donné à la Belgique...je ne connaissais pas les modalités exactes du "don", ni la véracités des mobiles, je fais donc confiance à ta recherche wiki pour ce sujet....

mais on s'éloigne...encore, et je fatigue...encore...je préfère en live sans wiki, c'est plus drôle...

Écrit par : quaeps | 12/03/2007

quaeps 1. Voilà le genre de raccourcis qui illustrent parfaitement ta grandeur d'ame , ton ouverture mais surtout ta limite : Paya contre le système Castrieux = Con . Tout ce qui doit être dit de toi , ressort de ce raccourci .
2. C'est pourtant la plus géniale : "c'est à personne donc on fait ce qu'on veut" c'est du grand art !
3. Plein dedans évidemment , faire tout un salmigondi de fausses connaissances pour ne pas accepter le raccourci "acheter" alors qu'en fait c'est exactement ça (il a usé de ses fonds pour s'approprier, en tant que citoyen privé, le Congo) , il faut être ou salement dérangé ou complètement idiot .
4. Non , tu ne le savais pas . Merci d'avoir bien voulu avouer (pour une fois et celà t'honore) qu'une fois que tu ignores un fait, tu inventes quelque chose qui te plaît et arrange ta façon réductrice de penser (bref tu as menti) .

Écrit par : jean | 12/03/2007

jean l'africain... 1 voilà le genre d'arrêtducrime qui illustre parfaitement ta pauvreté intellectuelle...
Paya est un con pour d'autres raison que son opposition au système castriste...par exemple l'article que j'ai posté sur sa réaction au coup d'état vénézuellien...article posté...hier...quelle mémoire, quelle art de mette de côté les faits qui embarrassent ton raisonnement....
2 oui, je sais, tu adores, c'est normal...c'est d'ailleurs la propagande sioniste classique...comme par hasard...
3 effectivement, contrairement à toi, je n'accepte pas le raccourci "acheter", et ce n'est pas du tout ça...évidement, tu relaies la propagande de tes maîtres, comme d'hab..."acheter", ça sent moins le sang que "conquérir" ou "coloniser", alors, toi , tu adoptes, sans rechigner, le vocabulaire choisis par tes maîtres....classique...
un peu comme "Israel a le droit de se défendre"...ou"empiriquement la chute de Saddam est une bonne chose"( empiriquement, la chute d'un dictateur est une bonne chose si elle résulte d'une action populaire, (un peu comme lors de la première guerre du golfe, mais les américains ont permis à l'aviation de Saddam d'écraser la révolte chiites qui menaçait de le renverser, puis ont imposé un embargo qui rendait sa population encore plus dépendante de lui), alors que son renverssement par une agression illégale, brutale, et vouée à diviser le pays de façon pour le moins sanglante, tout celà pour des motifs autres que "démocratiques", c'est empiriquement...un raisonement typique de ta part....
4 apprends à lire, j'ai avoué que je ne connaissais pas les modalités du "don"...et tu inventes, comme d'hab...INCROYABLE....

Écrit par : quaeps | 12/03/2007

quaeps 1. Tu n'as rien à faire de cette lettre , le simple fait qu'il soit opposé au système Castrieux fait que tu le considères automatiquement comme un vendu et un con .
2. Non je n'adore pas du tout , mais toi de n'importe quel sujet si on te laisse un peu aller tu arrives aux "silioniss'" et aux "jwifs" . Obsession quand tu nous tiens...
3. Ce sont deux choses différentes , il a acheté le Congo (il se l'est fait attribué en dépensant "son" argent, donc oui acheté) et son passage là-bas a été atroce , horrible et sanguinaire ; ces deux choses ne sont antinomiques que dans ton étroit esprit .
Encore une fois tu essayes d'opposer deux choses qui n'ont aucune raison de l'être . Le fait d'apprécier que Saddam ne soit plus à la tête de l'Irak n'empêche pas de trouver la manière horrible , abominable ,...A moins que tu ne le regrettes inconsciemment (ou plutot en cachette) .
4..."donné" à la Belgique quand la gestion lui coutait trop cher....quaeps, c'est pas vraiment dire qu'on ignore les modalités ; c'est inventer une raison (donc mentir) .

Écrit par : jean | 12/03/2007

jean steevy 1 mea cuba, je HAIS la démocratie, contrairement à Paya, qui lui, souhaite la voir s'installer à Cuba...comme au Vénézuella...
2 je suis ANTISEMITE, ,c'est pourtant clair,non, impossible pour moi de discuter avec un défenseur d'Israel (ils ont bien le droit de se défendre, après tout...) qui parle de "c'est à personne donc on fait ce qu'on veut", sans insinuer surnoisement qu'il reprends les thèses chéries de ses maîtres...
2 bien sûr, autant pour moi, tout le monde sait que l'Angleterre a acheté l'Inde et ses autres colonies de même que la France à acheté l'Algérie...je joue sur les mots...stalinien que je suis...rien à voir avec la colonisation ou l'impérialisme, juste des "achats"...
bien sûr, les USA ont quand même accompli quelquechose de formidable en renverssant Saddam, c'était d'ailleurs le but avoué de leur intervention, rétablir la démocratie en Irak et débarassé le monde de ce dangereux dictateur...mais ont-ils déjà fait autre chose...ha, si il n'était pas là, je me demande ce qu'on ferait...comment ai-je fait pour ne pas me ranger à ton avis aux côté de Kouchner, Glucksmann, Finkielkrault, et tous ces autres humanistes épris de démocratie...autant pour moi vraiment, et dire que certains considèrent les "ni...ni" (ni Bush, ni Saddam; ni Clinton, ni Milosevitch) comme les plus pitoyables soutient à la politique US, ah vraiment, les salauds de gauchistes, rien que des fans de dictateur déguisés....
oui, je crois qu'inconsciemment, j'adore Saddam, surtout ses costumes verts, j'adooore...
4 oui, je ments, c'est plus fort que moi, qu'il l'ait donné de son vivant ou après sa mort, la différence est capitale, autant pour moi...

après cet acte de contricion salvateur, je me retire définitevement de la vie politique sur l'île de Mi...ou Fa, j'hésite...

Écrit par : quaeps | 14/03/2007

steevy contriTion...mais tu auras corrigé de toi même bien sûr...

Écrit par : quaeps | 14/03/2007

quaeps 1. Que ce soit Paya ou n'importe qui d'autre , tu juges automatiquement ceux qui ne soutiennent pas le régime Castrieux au minimum de corrompus . On ne peut-être ami de la démocratie en soutenant à 110% un dictateur .
2. Jamais dit antisémite moi , j'ai dit obsédé pas pareil (mais on connaît ta façon de procéder) .
3.Je n'ai pas porté de jugement de valeur , j'ai énoncé un fait (c'est comme ça qu'à l'époque ça s'est fait , tu as beau faire semblant d'y pouvoir quelque chose, on ne change pas le passé) . Où ai-je dit que le Congo n'était pas colonisé , tu perds tes galets . Bien sûr que dans la finalité , rien ne change .
Si tu estimes que les gens qui sont satisfaits du fait que Hussein ne soit plus à la tête de l'Irak sont des ennemis de ce que tu nommes la démocratie ou des soutiens à W., tu te fourres le doigt dans l'oeil (comme d'habitude) .
4. Non tu as menti en inventant (rien à voir avec vivant ou mort) , je reprends ici une fois encore ton bobard "...qu'il l'avait "donné" à la Belgique quand la gestion lui coutait trop cher...".

Écrit par : jean | 14/03/2007

quaeps corrige les toutes ou n'en corrige aucune (1 sur un aussi grand nombre, ça fait radin) .

Écrit par : jean | 14/03/2007

Les commentaires sont fermés.