13/11/2005

cherchez l'erreur

Très paresseux, je prends aujourd'hui les mots des autres . Un intru s'est glissé parmi eux .
 
  • La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts.
  • Les fonctionnaires sont un petit peu comme les livres d’une bibliothèque. Ce sont les plus hauts places qui servent le moins.

Un escalier de ministère est un endroit où des gens qui arrivent en retard croisent des gens qui partent en avance.

 

  • On ne ment jamais autant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse.
  • Un traître est un homme politique qui quitte son parti pour s’inscrire a un autre. Par contre, un converti est un homme politique qui quitte son parti pour s’inscrire au votre.
  • L’argent aide a supporter la pauvreté.
  • Partir , c’est mourir un peu. Mais mourir , c’est partir beaucoup !
  • Je ne comprends pas les anglais ! Tandis qu’en France nous donnons à nos rues des noms de victoire : Wagram, Austerlitz... là-bas, on leur colle des noms de défaite : Trafalgar square, Waterloo Place...

Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.

  • J’aime bien ceux qui me résistent ; l’ennui, c’est que je ne peux les supporter.
  • Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?

Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est étonné quand il est cru sur parole.

La pire calamité après un général bête, c’est un général intelligent.

 

  • Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit.
  • Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait... et il faisait tout ça aux frais du contribuable.
  • Comité : Un groupe de personnes incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes qui décident collectivement que rien ne peut être fait !

Le défaut du capitalisme, c’est qu’il répartit inégalement la richesse. La qualité du socialisme, c’est qu’il répartit également la misère.

 

  • N’imitez rien ni personne. Un lion qui copie un lion devient un singe.
  • Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques un harem.

 

 

La nature est prévoyante : elle a fait pousser la pomme en Normandie sachant que c’est dans cette région qu’on boit le plus de cidre.

 

Si haut que l’on soit placé, on n’est jamais assis que sur son cul.

 

  •  
  • La politique ce n’est qu’une certaine façon d’agiter le peuple avant de s’en servir.

 

Je ne vais pas mal. Mais rassurez-vous, un jour, je ne manquerai pas de mourir.

La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire.

Si les policiers n'étaient pas bêtes, ils ne seraient pas des policiers.

Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l'on vise bien.

 Les économies, c'est très bien, surtout si vos parents les ont faites pour vous.

Les chiens vous regardent tous avec vénération. Les chats vous toisent tous avec dédain. Il n'y a que les cochons qui vous considèrent comme leurs égaux.

De plus en plus de nos importations viennent de l'étranger.

.

«Je vous aime.
- Est-ce que vous le penseriez si j'étais pauvre ?
- Oui, mais je ne vous le dirais pas !»

Le sommet du crâne est apparemment l'unique endroit où l'on n'a aucune chance de pouvoir faire pousser des cheveux.



La politique, c'est l'art de chercher les problèmes, de les trouver, de les sous-évaluer et ensuite d'appliquer de manière inadéquate les mauvais remèdes.

Avec Staline, quand on avait dix à partager, il disait: «Bien! On ne parle pas des cinq qui sont à moi. Qu'est-ce qu'on fait avec les cinq vôtres

Lorsque l'on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n'est pas forcément le pot qui est vide.

 

L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui.

 

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !

 

La chose la plus difficile à comprendre au monde c'est l'impôt sur le revenu !

 

Une auto-stoppeuse est une jeune femme généralement jolie et court vêtue qui se trouve sur votre route quand vous êtes avec votre femme.

 

 

Un simple copier/coller sur recherche Google vous permettra de qui sont les citations dont vous ne connaissez pas l'auteur .

 

Bientot un article, si quelque chose arrive à m'énerver ou me surprendre .

 

A plus, c'est celà oui .


11:49 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

jean La chose la plus difficile à comprendre au monde c'est l'impôt sur le revenu !

Florent Pagny, Jean Tilkin, Jean Claude Vandham....?????

Écrit par : quaeps | 14/11/2005

jean j'oubliais de préciser que la pluspart des citations sont en accord avec la doxa actuelle...rien de neuf quoi...

Écrit par : quaeps | 14/11/2005

quaeps La chose la plus difficile à comprendre au monde c'est l'impôt sur le revenu ! ALBERT EINSTEIN

ahahahahahahahahahahahahhahahahhahahahahahhahahahahahahhahahahahahhahahahahahhahahahahahahhahahahahahahahahahahahhahahahahahahahahahahahahahahahhahahahahahahahahahhahah ! stop j'en peux plus ahahahahahahahahahahahahahahahahahah ! quaeps ahahahahahaaaarrrrrêêêête t'es trop drôleahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha . quand je te dis que t'as pas l'équipement !

Écrit par : jean | 14/11/2005

jean L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves
Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres
Nous aurons le destin que nous aurons mérité
De Lénine, j'ai déjà dit : «J'estime en Lénine un homme qui a utilisé toute sa force avec une entière abnégation de son être pour réalise, la justice sociale... Une chose est certaine: les hommes comme lui sont les gardiens et les novateurs de la conscience de l'humanité.»
Je considère cette mutilation des individus comme le pire mal du capitalisme. Tout notre système d'éducation souffre de ce mal. Une attitude de compétition exagérée est inculquée à l'étudiant, qui est dressé à idolâtrer le succès de l'acquisition comme une préparation à sa carrière future.

Je suis convaincu qu'il n'y a qu'un seul moyen d'éliminer ces maux graves, à savoir, l'établissement d'une économie socialiste, accompagnée d'un système d'éducation orienté vers des buts sociaux. Dans une telle économie, les moyens de production appartiendraient à la société elle-même et seraient utilisés d'un façon planifiée. Une économie planifiée, qui adapte la production aux besoins de la société, distribuerait le travail à faire entre tous ceux qui sont capables de travailler et garantirait les moyens d'existence à chaque homme, à chaque femme, à chaque enfant. L'éducation de l'individu devrait favoriser le développement de ses facultés innées et lui inculquer le sens de la responsabilité envers ses semblables, au lieu de la glorification du pouvoir et du succès, comme cela se fait dans la société actuelle.

Albert Einstein

Voilà ce qui arrive quand on ne connait d'un grand homme que ses citations(toujours hors contexte évidemment), je remarque aussi,que parmis ses nombreuses citations, tu n'as copié que celle qui t'arrangeait...
je connais très bien les positions d'Einstein sur le communisme, le socialisme et l'anarchisme...alors, un bon conseil, trouve quelqu'un d'autres pour sauver tes amis patrons....

Écrit par : quaeps | 15/11/2005

quaeps une citation est une citation , elle est forcément hors-contexte (autrement ça s'appelle un livre, un texte, un discours ou tout ce que tu veux hein) .
pour une fois sois beau joueur , t'as pas vu le trou et t'es tombé dedans (avec un peu d'auto-dérision tu en riras beaucoup) .
pour toutes les 2 citations d'Einstein que j'ai employées ; il y a celle précitée et une autre qui parle de théorie et de pratique , donc je ne vois pas en quoi elles essayent de sauver "mes amis les patrons" (tu sais ces crapules comme ton père , mon père , ta mère) .

Écrit par : jean | 15/11/2005

jean c'est pourquoi elle est peu représentative de la pensée d'un individu...cfr. Einstein...
en quoi si-je tombé dedans, Einstein a dit plein de conneries...je n'ai jamais dit que c'était quelqu'un dont j'appréciait les idées...
je parlais de tes citations en générale....
je te l'ai dit, les patrons ou les ouvriers, c'est pareil, c'est le système qui fait la différence...

Écrit par : quaeps | 15/11/2005

quaeps je n'ai jamais prétendu qu'elle était forcément représentative de la pensée d'un individu ; j'ai aligné quelques citations point barre .
tu es tombé dedans parceque le piège était "celle la je la mets et il va crier au loup" et c'est ce que tu as fait sans saisir le sens de la phrase (et c'est largement symptomatique de ta façon de faire) .
sauver tes amis patrons.... de quelles citations parles-tu celle sur la chute des cheveux , des auto-stoppeuses , sur les pommes ,...? Ridicule .

Écrit par : jean | 15/11/2005

jean je n'ai pas crié au loup pour le contenu, mais pour la platitude du propos...tu aurais pu écrire, dans le genre:"la guerre c'est mal"," la bière c'est meilleur froid", "les noirs courent plus vite", etc...je suis sûr que des gens très connu ont du les prononcer...
les autres citations ont le mérite d'être drôle même si leur contenu est discutable, celle-là était juste idiote...
si j'avais réagis sur staline, tu aurais tenu le même discours..." je t'ai bien eu, etc..."
pour les patrons, je parlais, évidemment, de la citation dont nous parlons(tu sais les patrons n'aiment vraiment pas les impôts en général), et qui laisse supposer qu'Einstein est contre les impots, ce qui n'est pas le cas...d'où ma remarque...

Écrit par : quaeps | 16/11/2005

quaesp as-tu trouvé l'intrus au moins ?

Écrit par : jean | 16/11/2005

jean non, mais je n'ai pas cherché sur le net...

Écrit par : quaeps | 16/11/2005

quaeps De plus en plus de nos importations viennent de l'étranger. W. (mais lui c'est sans le faire exprès) .

Écrit par : jean | 16/11/2005

Les commentaires sont fermés.