30/09/2005

 

En voilà un qui est malade si les médias restent trop longtemps sans parler de lui . Avocat de formation, écrivain (?), analyste politique (??) et surtout publicité vivante pour les teintures L'Oréal, Arno Klarsfeld m'énerve . Tout comme m'énervent les gens qui lui servent la soupe dès qu'ils ont l'occasion de l'interviewer (mention spéciale à T. Ardison qui, à cause de son age avancé, croit en plus que Klarsfeld est jeune parce qu'il dit "la vache") .
 
Ca faisait quelques semaines que les médias ne parlaient plus de lui, ni de son livre "j'ai fait mon service militaire à Jérusalem je suis un héros" . Celà a du plonger Arno dans une situation de doute et de dépression telle qu'il s'est décidé à agir . Discrètement bien sûr, càd en n'appelant que la presse écrite et les radios . Mais, quelle est son action ?
 
Simplement, prendre la défense d'une employée du Ministère Français des Anciens Combattants virée "abusivement" car petite-fille de Maurice Papon . Ah, le beau sens tactique de Klarsfeld, il prend la défense de la descendante d'un collabo, il lui fait gagner le procès (pour perdre un comme ça il faudrait être très fort ou appeler Maître Collard) . Et ensuite, il fait ce qu'il veut et peut "légitimement" dire toutes les conneries dont il nous abreuve depuis des années sous prétexte d'avoir pris la défense de l'orpheline génétiquement frappée du sceau de l'infamie .
 
A mon avis, on a pas fini d'entendre ses "fouffouf àlavache, j'ai été bon" soulignés par le sourire complice d'un Ardison ou d'un autre pseudo-journaliste .
 
C'est vrai, j'aurais pu parler du bracelet que Sarko veut placer sur certains délinquants mais je n'ai pas envie de me salir les doigts .
 
A plus, c'est celà oui .

09:02 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

27/09/2005

la peur lui coupe les ailes .

Le rapport de la Comission Nationale Consultative des Droits de l'Homme rendu public le 28 mars 2003 (CNCDH) a majoritairement été repris dans les médias  pour venir accréditer la thèse de Pierre-André Taguieff  d'une "nouvelle Judéophobie". Ce rapport, Dominique Vidal , - Rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique - l'analyse plus en profondeur et déconstruit une synthèse si hâtive, forcément caricaturale. A travers ses réponses à nos questions, point de racourcis faciles, mais une mise en perspective  de ce rapport dans ses détails qui révèlent les vraies urgences, en l'occurrence une lutte contre le racisme dans sa globalité.  Pour lui, "Il faut combattre l'antisémitisme comme il faut combattre les autres formes de racisme, notamment le racisme anti-arabe."

 

SaphirNet.info : Dans votre article analysant le rapport de la CNCDH vous mettez en lumière l'idée selon laquelle la France n'est pas emportée par une fièvre antisémite, comment expliquez-vous le fait que suite à la publication de ce rapport, c'est cette idée même qui fut la plus relayée dans les médias ?

Dominique Vidal (1) : J'ai peine à croire que vous découvriez aujourd'hui que les journalistes français ne sont pas toujours très sérieux. C'est d'ailleurs pourquoi la critique des médias a pris, à juste titre, une grande ampleur.
Le rapport 2002 de la Commission nationale consultative des droits de l'homme est un document essentiel pour la compréhension des phénomènes racistes et antisémites dans notre pays, et il n'a effectivement pas eu - ni quantitativement, ni qualitativement - la couverture de presse qu'il aurait mérité.
Le rapport, d'une part, constate, chiffres en mains, la montée des violences racistes (qui ont quadruplé en un an) et notamment des violences antisémites (qui ont sextuplé, au point de constituer 62 % du total).
Mais le rapport, avec les informations fournies par les Renseignements généraux du ministère de l'intérieur et les résultats d'un sondage approfondi, explique aussi la nature de ce phénomène. Il écarte l'idée d'une avancée du courant antisémite dans la population en général - il apparaît désormais marginal, ce que confirme d'ailleurs le sondage CSA publié par Le Figaro le 9 avril - aussi bien que parmi les Arabes en général...

 

Déjà, l'an dernier, le Livre blanc de l'Union des étudiants juifs et de SOS Racisme montrait que les jeunes Maghrébins rejettent l'antisémitisme dans les mêmes proportions que les autres jeunes Français...

... Absolument. Philipe Méchet, le directeur de la Sofrès, y insistait explicitement sur ces aspects des résultats de l'enquête effectuée à l'époque par son institut.
Il va de soi, cela dit, que l'exacerbation de la répression israélienne en Palestine et l'horreur de la guerre américaine en Irak ont pu contribuer, chez les moins politisés, à de dangereux glissements consistant à assimiler tous les Israéliens à Ariel Sharon et tous les Juifs aux Israéliens. Les pics de violences antisémites correspondent, selon le rapport, à la fin de l'année 2000, après l'éclatement de la seconde Intifada, et au printemps 2002, lors de l'opération Rempart menée par  l'armée israélienne contre les territoires autonomes. Les auteurs estiment donc que l'escalade au Proche-Orient « a conduit nombre de jeunes à afficher une identification avec les combattants palestiniens, censés symboliser les exclusions dont eux-mêmes s'estiment victimes dans la société occidentale ».
Mais le rapport circonscrit beaucoup plus précisément le milieu dont proviennent les « auteurs des exactions recensées » : « Adolescents ou jeunes adultes, (ils) sont, en grande partie, issus de quartiers sensibles où demeurent leurs parents, bien souvent immigrés d'Afrique du Nord. » Leur parcours, poursuit le ministère, « révèle aussi leur marginalité sociale : plusieurs d'entre eux sont déjà connus pour des faits de droit commun (...) et leurs "interventions" dans des écoles ou des crèches de la communauté israélite s'accompagnent souvent de cambriolages. Les modes opératoires sont en outre très souvent comparables à ceux utilisés dans les violences urbaines "classiques" ».
Les rédacteurs notent ensuite que ces attaques ont « suscité de vives condamnations de la part des responsables des communautés musulmanes de France, si l'on excepte une minorité de radicaux islamistes dont le message - précise-t-il - demeure cependant peu audible pour des délinquants fréquemment imperméables aux idéologies et qui prennent habilement prétexte de la situation proche-orientale pour donner libre cours à leur violence ». Or, conclut sur ce point le ministère de l'intérieur, « les diverses exactions constatées impliquent très fréquemment des acteurs originaires des quartiers dits "sensibles", souvent délinquants de droit commun par ailleurs, qui essaient d'exploiter le conflit du Proche-Orient. »
Nous voici donc aux antipodes de la thèse d'Alain Finkielkraut, qui n'avait pas hésité à parler d'« Année de cristal (2) », mais aussi de celle, chère à Pierre-André Taguieff, d'une « nouvelle judéophobie » portée par les militants islamistes, altermondialistes, tiers-mondistes et antisionistes. Le principal terreau de cette violence, ce sont bien les ghettos de chômage, de misère et d'ennui où végète, sans le moindre espoir d'avenir, une partie de la jeunesse populaire, en premier lieu des jeunes issus de l'immigration.


Néanmoins ce sont eux qui sont les plus mis en garde contre de telles dérives antisémites, et beaucoup le ressentent comme un déni des agressions ou du  racisme dont ils sont eux-mêmes victimes, d'une certaine "islamophobie"... Une telle mise en garde contre les dérives antisémites, non inscrite dans un rejet global du racisme dans toutes ses formes, ne risque-t-elle pas d'avoir l'effet inverse?

Vous avez entièrement raison. Le combat contre le racisme ne se divise pas. Il faut combattre l'antisémitisme comme il faut combattre les autres formes de racisme, notamment le racisme anti-arabe. Rien ne saurait justifier qu'on attaque une synagogue ou une école juive, qu'on agresse un juif ou qu'on lance des insultes anti-juives. Mais rien ne saurait également justifier qu'on brûle une mosquée, qu'on agresse une jeune musulmane parce qu'elle porte un voile ou qu'on insulte des jeunes d'origine arabe.
Or comment ne pas constater que les attentats du 11 septembre ont entraîné, dans le monde entier, une vague sans précédent d'islamophobie. Chez nous, en particulier, les jeunes Arabes font état d'un grand nombre d'agressions, verbales et parfois physiques, qui s'ajoutent aux discriminations sytématiques subies dans la recherche d'un emploi comme dans celle d'un logement, pour ne pas parler de la "sélection du samedi soir" à l'entrée des lieux de divertissement. Il n'y a pas deux solutions: ou l'on combat ensemble l'ensemble des racismes et on parvient à les faire reculer; ou l'on donne à nos adversaires communs le moyen de nous diviser, de nous jouer les uns contre les autres.

 

Vous avez au cours des dernières semaines été dans plusieurs banlieues à la rencontre de jeunes issus de  l'immigration: qu'en ressort-il, quel message vous ont fait passer ces populations ?

Ce qui m'a frappé lors de ces rencontres, c'est d'abord un profond sentiment d'abandon: "Vous êtes les premiers à venir nous rendre visite depuis l'élection présidentielle", nous a dit un jeune d'une banlieue strasbourgeoise où nous sommes intervenus, Leila Shahid, le pacifiste israélien Michel Warshawski et moi. Mais c'est aussi - en tout cas parmi nos interlocuteurs - la disponibilité au dialogue dès lors que celui-ci se fait sans démagogie : il faut débattre de tout franchement, y compris de ce qui fâche. A cette condition, et elle est importante, l'action commune devient possible.


Les événements survenus lors de la manifestation du 22 mars dernier ont suscité bien des inquiétudes. Quelles précautions doivent êtres prises pour que ces manifestations  pour la paix ne tournent pas à des démonstrations de haine?

Qu'on agresse des adolescents parce qu'ils portent une kippa est ignoble - et j'ajoute absurde, s'agissant de sympathisants de l'Hachomer Hatzaïr, un mouvement sioniste de gauche qui défend l'instauration d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël. Beaucoup d'indices laissent penser qu'il s'est agi d'une provocation montée par des militants d'extrême droite, y compris des négationnistes, sans doute en liaison avec des islamistes radicaux.
Le but était clair : discréditer le mouvement de solidarité avec la Palestine et le mouvement antiguerre en Irak en les présentant comme un rassemblement d'excités prêts à tous les débordements antisémites. Dès lors, les inconditionnels d'Israël auraient beau jeu de présenter quiconque critique la politique d'Ariel Sharon comme de dangereux antisémites !
En condamnant sans appel ces violences, totalement étrangères au mouvement, les organisateurs ont fait échouer la provocation. Il n'empêche qu'il reste beaucoup à faire pour écarter tout mot d'ordre, toute forme d'action susceptible d'alimenter l'antisémitisme et de verser de l'huile sur le feu des affrontements intercommunautaires dans lesquels nos adversaires rêvent évidemment de nous voir tomber.
Ainsi certains diffusent via Internet des textes ouvertement antisémites, comme ceux de l'intellectuel juif russo-israélien Israël Shamir : ils ne peuvent, se faisant, que susciter la réprobation générale et discréditer le combat pour le droit à l'autodétermination du peuple palestinien dont ils se réclament. D'autres appellent au boycott - illusoire, inefficace et dangereux - des produits israéliens au lieu de se battre pour la suspension de l'accord d'association entre l'Union Européenne et Israël, que les amis d'Ariel Sharon redoutent plus que tout - Israël exporte 28 % de ses productions en Europe, et en importe 44 % de ses produits (3).
J'irai plus loin : certains axent leur action contre le sionisme, qu'il assimilent abusivement au nazisme. Je pense qu'ils ont tort. Notre bataille pour la paix au Proche-Orient est un combat politique, et non une querelle idéologique. Si nous voulons contribuer réellement à ce que la France et l'Europe pèsent enfin de tout leur poids dans le bon sens,nous n'avons pas d'autre priorité que de rassembler dans l'action tous ceux - indépendamment de leur appartenance, de leur religion et de leur sensibilité politique - qui veulent la création d'un Etat palestinien indépendant sur les territoires occupés par Israël en 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, la dissolution des colonies et une juste solution du problème des réfugiés.

 

La situation nationale et internationale nous interpelle tous, voyez-vous des exemples de "ponts" à créer, cercles de discussions ou autres à mener pour que les valeurs universelles, humanistes soient porteés d'une seule et même voix?

La volonté de rassemblement dont je parlais suppose que se retrouvent des forces diverses, venues d'horizons divers. Il me semble en particulier indispensable de favoriser, dans la période à venir, le dialogue direct entre tous, y compris entre jeunes juifs et jeunes Arabes.
Il n'y a rien de tel que la rencontre face à face pour venir à bout des clichés et des a priori issus du passé. Rien de tel que la discussion pour inciter chacun à balayer devant sa porte - les préjugés anti-juifs d'un côté, les préjugés anti-Arabes de l'autre. Rien de tel enfin que ces retrouvailles pour découvrir tout ce qui unit les uns et les autres.
Un dernier mot. Dans mon esprit, ce qui peut rassembler jeunes progressistes juifs et musulmans, ce n'est pas seulement la bataille contre la guerre et pour la paix au Proche-Orient. C'est aussi le combat commun pour sortir enfin les ghettos de nos banlieues de leur misère et de leur ennui. C'est là un enjeu capital pour la société française dans son ensemble. 

Propos recueillis par Naziha Mayoufi


(1) Dominique Vidal est rédacteur en chef adjoint au Monde diplomatique (www.monde-diplomatique.fr)
Il a publié en 2002 :
- Les Historiens allemands relisent la Shoah (Editions Complexe),
- la troisième édition de Le Péché originel d'Israël. L'expulsion des Palestiniens revisitée par les "nouveaux historiens" israéliens (Editions de l'Atelier)
- et (avec Serge Halimi) la troisième édition de L'Opinion, ça se travaille (Editions Agone)
Il publie en 2003 :
- Le Mal-être juif (Agone)
- et (avec Alain Gresh) Les Cent clés du Proche-Orient (Hachette Pluriel)

(2) La « Nuit de cristal », organisée par le parti nazi le 9 novembre 1938, s'est soldée par l'assassinat de 91 Juifs, l'incendie de 191 synagogues, la mise à sac de 7 500 boutiques et la déportation de 20 000 Juifs.

(3) Lire "Le talon d'Achille de M. Ariel Sharon", Le Monde diplomatique, avril 2003.


18:35 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/09/2005

Morceaux choisis

 

Etre antisémite ce n'est pas dire "il faut tous les brûler", c'est aussi ça :

 

 

Sur le thème de la domination juive mondiale et des « Juifs et l’argent » dans L’autre visage d’Israël :

« la presse américaine, dominée par les Juifs » (p. 53)

« il semble que les Juifs (en tant que groupe distinct des non-juifs) soient unis par une volonté commune, un objectif unique et un sentiment de puissance. L’intoxication par le pouvoir et l’unité a amené ces gens cauteleux à laisser tomber le masque, à renoncer aux faux-semblants. La nouvelle ouverture nous fournit un aperçu sans précédent de l’âme des Juifs et de leurs supporters mammonites. » (p. 245)

« Aussi, après bien des années de sélection continue, les forces pro-juives ont atteint les positions de la toute puissance aux États-Unis. Par ailleurs, l’Amérique était presque vouée à devenir un État néo-juif en vertu de son idéologie. » (p. 250)

« L’autre groupe d’alliés [parmi les philosémites] est constitué par les hommes d’affaires purs et durs qui apprécient le côté pratique de l’idéologie juive. Ils aiment l’idée du Mob, la chasse à l’argent, l’indifférence à la morale et aux conséquences sociales que cela peut avoir, l’indifférence à la propriété et à la vie d’autrui. Les gens qui voient tous les autres comme des ennemis, et la vie comme une bataille perpétuelle, remarquent que dans l’idéologie juive, aucun étranger n’est considéré comme un “voisin”. Voilà pourquoi les dirigeants qui étaient les plus cruels, les princes et les rois, étaient ceux qui prenaient des juifs comme conseillers et ministres. Ils apprenaient d’eux comment ignorer leurs sujets. » (p. 252)

« Les Juifs ne sont ni un peuple, ni une religion, ni une race. Il s’agit d’une organisation quasi religieuse; quelque chose qui ressemble à une Église catholique qui serait intimement liée au Fonds Monétaire International, de même que le courrier électronique est associé au téléchargement de fichier sous Windows. On peut rencontrer toutes sortes de catholiques, mais les décisions sont prises à Rome. On peut rencontrer toutes sortes de juifs, mais les décisions sont prises à Wall Street. » (p. 252)

« Jésus sauve, mais Moïse investit. L’influence juive ne s’arrête pas là où le dollar s’arrête. Les idéaux des Américains sont façonnés par Hollywood, avec son culte du lucre et du succès. Leurs réflexions sont alimentées par les éminences juives dans les universités et les médias. Pour leur confort, ils “boivent” le New York Times* comme du petit lait. Leur histoire a rétréci et s’est réduite aux études sur l’Holocauste. [...] Il importe peu aux Américains que leur politique soit aux mains de gens qui n’ont de dévotion que pour la cause des Juifs. » (p. 254)
*Le New York Times est qualifié de « journal juif » (p. 70)

« Je me sens très bien avec moi-même, et avec la plupart des juifs que je rencontre. Séparément, nous sommes sympathiques et chaleureux. Enfin, aussi sympathiques que n’importe qui. Mais ensemble, nous constituons une machinerie sociale redoutable et repoussante, liée par un pacte infernal à la rapacité et à la cupidité. J’aime les “Juifs” tout autant que le grand américain David Thoreau aimait l’Empire américain, que Voltaire aimait son Église catholique, qu’Orwell aimait son Parti stalinien. » (p. 254-255)

« L’emprise judéo-mammonite a éliminé les forces vives de l’Amérique et les a guidées vers le dépérissement. » (p. 256)

« L’influence grandissante des Juifs s’est accompagnée de la divergence : les riches sont devenus plus riches, les pauvres plus pauvres, et les classes moyennes ont perdu. C’était prévisible, car traditionnellement la prospérité de la communauté juive augmente en proportion inverse de l’intérêt des gens ordinaires. La Bible nous fournit un schéma archétypique, avec l’histoire de Joseph et ses frères qui prospéraient en mettant en esclavage les Egyptiens pour le compte du Pharaon. [...] Ce n’est pas par hasard si les quartiers juifs étaient tout près des palais royaux partout en Europe. » (p. 257-258)

« Sous les Juifs Hollywood a rendu le cinéma américain encore plus violent, moralisant, répugnant et philistin. » (p. 258)

« L’introduction de la fureur, de la haine et de l’esprit de vengeance dans l’argumentation de l’adversaire est une arme idéologique puissante dans la tradition juive. » (p. 260)

« L’idée judéo-américaine émasculera le monde si on ne la retient pas. » (p. 264)

« L’idée judéo-américaine est fermement reliée à la vie biologique, mais rejette l’esprit. Ce n’est pas pour rien que nulle grande œuvre d’art, nulle grande idée n’apparaît sous son règne. » (p. 264)

Shamir recopie là un argumentaire de l’antisémitisme « culturel » puis racial du XIXème siècle!

Poursuivons :

« Selon les Juifs, il y a deux sortes de réussite. D’une part le succès à l’intérieur de la communauté qui passe par l’étude du Talmud. D’autre part, le succès dans le vaste monde des Juifs et des Gentils. Celui-ci se mesure à l’accumulation de l’argent et du pouvoir. [...] Il y avait bien des Gentils qui partageaient leur point de vue, mais qu’il s’agisse de Richard III ou d’Harpagon, ils étaient plutôt considérés comme des monstres que comme des modèles de réussite. » (p. 265-266)

Shamir admet que les Protocoles des Sages de Sion ne sont pas un document « authentique », mais martèle qu’il s’agit d’un document véridique. Il s’agit d’une vieille stratégie antisémite de réhabilitation des Protocoles, faux antisémite fabriqué par la police tsariste au tout début du XXème siècle.

Place à la parole de Shamir :

« La concentration du capital dans les mains des financiers, la concentration des médias dans les mains de quelques magnats, l’assassinat extrajudiciaire des leaders qui ne se soumettent pas, les marchés financiers, avec leurs multiples produits dérivés qui ponctionnent la richesse et l’accumulent entre les mains des prêtres de Mammon; le profit (“les forces du marché”), seule mesure de succès de toute stratégieŠ Non l’intérêt des Protocoles n’a pas disparu, car le plan qui y est décrit, consistant à instaurer un régime oligarchique (non nécessairement juif), est en train d’être mis en vigueur, en temps réel; cela s’appelle le nouvel ordre mondial. » (p. 275)

« Apparemment, certaines idées des Protocoles ne seraient pas étrangères à certains Juifs. » (p. 279)

« En fait, si les Protocoles n’avaient aucun lien avec la réalité, ils n’auraient pas la popularité qui est la leur. Les Juifs sont suffisamment puissants pour rêver de domination, et certains le font. Apparemment, certaines idées juives ont trouvé place dans ce texte. » (p. 280)

Le constat est accablant : Shamir adhère donc de fait à la rhétorique antisémite des Protocoles!

Shamir écrit encore :

« En résumé, une grande partie (pas la totalité, toutefois) des projets prêtés au Juifs par les Protocoles sont en effet les idées utiles ou nécessaires pour le bien-être communautaire des Juifs [...]. Il ne faut pas aller chercher plus loin le succès jamais démenti des Protocoles. » (p. 284)

Shamir, dont le pedigree martèle qu’il est un « Juif israélien » recopie, pourtant des poncifs antijuifs chrétiens :

« ceux qui ont rejeté le Christ ont été condamné à errer jusqu’à ce qu’ils comprennent leur erreur. » (p. 56)


10:01 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

25/09/2005

Bientot des citations d'Hitler chez Eric Blair ?

Israel Shamir: « Juif israélien »...
et antisémite virulent


  photo d’Israel Shamir
« Certains diffusent via Internet des textes ouvertement antisémites, comme ceux de l’intellectuel juif russo-israélien Israël Shamir : ils ne peuvent, ce faisant, que susciter la réprobation générale et discréditer le combat pour le droit à l’autodétermination du peuple palestinien dont ils se réclament. »
Dominique Vidal, Rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique, le 12 avril 20031
« Qu’Israël Shamir, journaliste russo-israélien récemment converti au christianisme, et qui semble avoir, par la même occasion, basculé de l’antisionisme le plus radical à l’antijudaïsme chrétien le plus banal, reprenne ces inepties [celles des Protocoles des Sages de Sion] en accusant les juifs d’avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale, voilà qui ne devrait tromper personne »
Ilan Halevi, conseiller du président Yasser Arafat, représentant de l’OLP et du Fatah auprès de l’Internationale socialiste, le 28 mai 20032

Depuis le début de l’année 2001, un Israélien d’origine russe, Israel Shamir est devenu, sur l’Internet, le héros de militants pro-palestiniens et des « antisionistes » en général. Il distille une critique radicale d’Israël, appelant à la disparition de cet Etat et multipliant les charges contre les Juifs et le Judaïsme. Systématiquement présenté comme un auteur majeur, collaborateur de tout ce qui se compte de meilleurs organes de presse en Israël, Shamir est brandi (« Juif israélien »), et ses nombreux textes reproduits, sur quasiment tous les sites web hostiles à Israël. Son succès est particulièrement éclatant sur les sites antisémites et négationnistes. Pour autant, ses thuriféraires « seulement » antisionistes récusent toute idée selon laquelle Shamir puisse être un antisémite; pensez donc: un Juif! Israélien de surcroit! Le succès de Shamir sur les sites antisémites ne semble ni les gêner, ni les interpeler.

Seulement voilà, des Juifs antisémites, cela existe. Des Israéliens également. Certes ils ne courent pas les rues, mais la judéité n’a jamais protégé de l’antisémitisme (cf. Otto Weininger) ni un passeport de l’hystérie contre son propre pays, quoique, en l’occurrence, l’appel à la disparition pure et simple du pays honni est plutôt rare. Pour autant faut-il accabler Shamir d’une accusation infâmante pour le seul fait qu’il produit une critique radicale d’Israël? Certainement pas.

Mais, de fait, Israel Shamir est un antisémite. Il est un antisémite hystérique, non parce qu’il critique Israël, mais parce qu’il reprend quasi intégralement tous les poncifs de l’antisémitisme, avec une virulence proportionnelle à son talent. Sous sa plume, les Juifs deviennent les responsables d’un des attentats terroristes anti-israélien les plus meurtriers de ces dernières années3. Le reste est à l’avenant : complaisance de plus en plus marquée envers les négationnistes4; adhésion à la théorie du complot de domination juive mondiale véhiculée par les Protocoles des Sages de Sion5, diffamations issues de l’antisémitisme chrétien tels que le recyclage du fantasme des crimes rituels6, l’accusation de déicide (les Juifs en assassins du Christ7); insultes de rabbins8; accusation globale contre « les Juifs » d’être responsables de la Seconde Guerre mondiale9, toute la panoplie y passe. Shamir va même, à l’occasion des élections présidentielles en France de 2002, appeler à voter Le Pen, dont il explique le succès par le fait que « le peuple de France ne [veut] pas goûter une occupation judéo-nazie »10. La dérive nazie, pourtant, c’est bien Shamir qui la commet lorsqu’il déclare que « les Israéliens représentent une forme virale d’êtres humains »11. Les militants palestiniens qui ont mentionné cette déclaration de Shamir ont confirmé que lors d’un entretien privé, Shamir avait de nouveau usé de la comparaison des Juifs avec un virus12. Un scandale? Une surprise? Même pas. Shamir n’hésitera pas en effet à appeler en 2002 à s’allier avec la « National Alliance » un groupe néo-nazi américain très influent chez les racistes les plus radicaux, dont les discours sont un appel implicite au génocide des Juifs, entre autres13. Shamir, a un temps mis son appel sur son site web officiel. Il l’en a depuis retiré. Ne doutons pas, malgré ce « retrait », de la sincérité de Shamir.

Au final, voilà, un drôle de « Juif » qui reprend à son compte les pires poncifs de la théologie chrétienne antijuive14, qui en privé se dit chrétien15 et s’est d’ailleurs récemment converti au chritianisme, mais aussi drôle d’Israélien, qui ne se considère pas comme israélien, mais comme « Palestinien russe »16...

Israel Shamir est arrivé en Israël d’URSS à la toute fin des années 1960. Il acquiert une excellente maîtrise de l’hébreu et collabore à plusieurs journaux, notamment Ha'aretz et le Jerusalem Post17. Il travaille même pour le Mapam, parti politique proto-communiste18. Très à gauche donc. A la fin des années 1980, il publie dans le Jerusalem Post un article très critique envers les nationalistes russes proches de Soljénitsyn, qu’il qualifie de « pires ennemis du peuple juif ». C’est pourtant le même Shamir, qui en 1991 publie sous le pseudonyme de « Robert David » dans une revue russe ultra-conservatrice, Politika, un article où il dénonce Shakharov comme un « agent sioniste »19. C’est le même Shamir qui dans la plupart de ses articles parus sur Internet évoque aujourd’hui souvent Soljénitsyn en termes élogieux, surtout quand ce dernier critique les Juifs. C’est le même Shamir qui, lorsqu’il vivait de nouveau à Moscou au début des années 1990, dénonçait les libéraux russes comme des agents sionistes et le sionisme comme pire ennemi de la Russie20. Il n’était point question de Palestiniens alors.

Comment le même auteur peut-il d’une part dénoncer les proches de Soljénitsyn comme « pires ennemis du peuple juif », et faire l’éloge de Soljénitsyn dix ans plus tard dans le cadre de critiques très violentes des Juifs? Le vrai Shamir semble bien être le dernier, celui qui est assez paranoïaque pour voir en Shakharov un « agent sioniste ». Le vrai Shamir est celui dont la première intervention sur Internet consiste à faire la publicité d’une publication russe d’extrême-droite connue pour sa virulence antisémite, Zavtra, pour laquelle il a produit plusieurs articles21. Le vrai Shamir est celui dont les premiers articles publiés sur le web le sont, à la fin de l’année 2000, par un site web violemment antisémite22 puis, début 2001 sur un site négationniste23. Ce Shamir-là, peut-il être, comme l’hypothèse en a été faite, un ancien agent soviétique chargé en Israël de faire de l’entrisme dans les formations de gauche et faire de l’agit-prop de l’intérieur en servant les intérêts soviétiques (disqualifier les nationalistes russes autour de Soljénitsyn comme ennemis des Juifs, par exemple)? Aujourd’hui Shamir est orphelin de l’Union Soviétique24, mais ni de ses contacts dans les milieux antisémites russes, ni sans doute de contacts dans les milieux du renseignement: n’a-t-il pas, en 1998, proposé au négationniste britannique David Irving, de jouer un rôle d’intermédiaire pour la vente de documents nazis que des « amis » russes détenaient? Seuls d’anciens membres des renseignements soviétiques pouvaient être en possession de tels documents. Mais ce n’est pas un musée, ni une bibliothèque ou un centre d’archives que Shamir a contacté; c’est un négationniste connu pour son admiration pour Hitler... C’est d’ailleurs encore sur un site négationniste que l’on trouve le seul exemplaire de la traduction française de l’article de Shamir qui a révélé l’antisémitisme de ce dernier au public français25 .

Même si Shamir n’avait laissé aucune de ces traces, même s’il n’avait pas de lien avec l’extrême droite antisémite russe, il n’en demeurerait pas moins que sa prose est un catalogue d’ignominies antisémites. Mais parce que cette prose contient une critique radicale d’Israël, de nombreux militants « antisionistes » refusent de voir l’antisémitisme hystérique de Shamir. Cette cécité volontaire les rend complices de l’antisémitisme de Shamir. Elle est d’autant plus impardonnable, et signe d’une dérive antisémite, que des militants palestiniens irréprochables, Ali Abunimah et Hussein Ibish dénonçaient les « dérives de Shamir » dès 2001.

Liens et compléments:

”“ Henri Pasternak, « Notre ami Israël Shamir », L’Arche, n° 543, mai 2003. Article remarquable qui développe les éléments exposés dans la présente page. Une lecture indispensable.
”“ Quelques citations extraites de la compilation d’articles de Shamir parue en français en septembre 2003, retirée depuis par l’éditeur étant donnée la teneur violemment antisémite de nombreux passages.
”“ Ali Abunimah & Hussein Ibish, « Serious Concerns about Israel Shamir », 16 avril 2001.
”“ Nigel Parry, « The enemy of our enemy is not our friend », 20 avril 2001.
”“ « Anti-semitism has no place in the Palestine solidarity movement », correspondance de Tim Hall avec Israel Shamir à propos du soutien apporté par Shamir à Le Pen.
”“ Notre lettre à Régine Deforges, suite à sa chronique parue dans l’Humanité le 5 novembre 2003, critique à l’égard du retrait de l’ouvrage de Shamir.
”“ « Israël Shamir, l’antisioniste qui venait du froid », article de Henri Pasternak, Jean Vidal et Benyamin Adad, paru dans L’Arche n° 551-552 janvier-février 2004, complétant et développant l’article du numéro 543 ainsi que la présente page.
 

Notes.

1. Propos recueillis par Naziha Mayoufi pour Saphirnet.info: http://www.saphirnet.info/article_563.html

2. Ilan Halevi, « Encore une fois à propos du sionisme et de l’antisémitisme », 28 mai 2003, site web « Solidaires du peuple palestinien », http://www.solidarite-palestine.org/rdp-int-030522-2.html

3. Le 1er juin 2001, Said Khutari, membre du Djihad Islamique, se fait exploser à l’entrée de la discothèque le Dolphinarium. Il assassine ainsi 20 adolescents et en blesse plus d’une centaine. Shamir, plutôt que de condamner les vrais responsables, préfère attribuer ce massacre collectif aux Juifs, dans un texte intitulé « Doute et certitude » daté du 3 juin 2003. On retrouve la rhétorique ignoble de José Bové qui faisait porter au « Mossad » la responsabilité d’agressions antisémites en France. Dans le même texte Shamir suggère que la responsabilité du pogrom de Kielce aux incombe « sionistes ».

4. En 2001, d’après des négationnistes de l’aaargh avec lesquels il s’est entretenu « Sur la question du révisionnisme, Shamir [professait] un agnosticisme complet » (aaargh, Actualités de septembre 2001). Une telle profession d’« agnosticisme » concernant la réalité de la Shoah est évidemment une forme d’adhésion à la rhétorique négationniste. Lorsque Shamir écrit que l’« H[olocauste] est un concept religieux destiné à remplacer la Crucifixion du Christ » (« Clement on deniers », message posté le 22 mai 2002 sur la liste de discussion de Shamir, Togethernet, cité dans « Actualités de Juillet 2002 » de l’aaargh) Shamir ne se contente pas de tourner autour du marigot antisémite: il y patauge. Shamir se coule encore dans une rhétorique négationniste lorsqu’il écrit en août 2003 que le bilan d’Auschwitz est passé de 4 millions à trois cent mille, dans un message où il donne la parole à l’extrémiste antisémite allemand, Horst Mahler, « Mahler gœs to Auschwitz ». Shamir invoque le négationniste David Irving, improprement qualifié d’« historien », pour comparer le sort médiatique qui est fait à Ben Laden avec celui fait aux Juifs par Goebbels (« Gynécée et valeureux guerriers », 16 décembre 2001). Dans un texte du 14 mars 2001, « Chasseurs de vampires », Shamir, déplorant apparemment les pressions d’organisations juives américaines pour faire annuler un « congrès » négationniste à Beyrouth, prétend, en déplorant cet état de fait, que le génocide des Juifs serait un « dogme sacré », usant du même vocalulaire que les négationnistes. Il qualifie d’ailleurs ceux-ci d’« historiens révisionnistes » que « leurs adversaires qualifient de négationnistes » (« Holocaust deniers », bizarrement traduit par Marcel Charbonnier par ”renégats de l’holocauste »...). Faut-il rappeler que les négationnistes ne sont justement pas des historiens, mais bien des fanatiques antisémites qui falsifient la réalité historique?

5. La plupart des textes de Shamir sont imprégnés d’une théorie du complot de domination mondiale juive. Dans un texte du 11 novembre 2002, « Les Sages de Sion et les Maîtres du Discours », Shamir explique en substance, que s’il admet, du bout des lèvres, le caractère apocryphe des Protocoles, ceux-ci restituent cependant bien les objectifs des Juifs et leurs méthodes. La stratégie rhétorique qui consiste à admettre le caractère non authentique des Protocoles tout en martelant leur caractère intrinsèquement véridique est un vieux poncif antisémite. Un de plus recyclé par Shamir.

6. En mars 2001, Shamir déclarait publiquement que « les Juifs n’existent que pour faire couler le sang des enfants palestiniens dans leurs matzot » (cité par Jonathan Rosenblum, « The Jewish student - a minnow among sharks », Jerusalem Post, 29 mars 2001, p. 9). On reconnaît sans peine le motif de l’accusation de crimes rituels que l’antisémitisme médiéval portait contre les Juifs. Dans un texte d’une violence antisémite inouïe, « Diffamations sanglantes » du 20 juillet 2003, Shamir excuse et justifie les accusations de crimes rituels portées contre les Juifs au moyen-âge, selon une approche rhétorique proche de celle qu’il emploie à propos des Protocoles des Sages de Sion : les accusations sont fausses, mais justifiables, et finalement méritées... Cela est d’une monstrueuse perversité. Shamir prend moins de gants pour reprendre, entre autres, les accusations de sorcellerie à l’encontre des Juifs. Pour faire bon poids, Shamir n’hésite pas à écrire « À l’occasion, les juifs tuaient des prêtres et des nonnes ». Ce texte, traduit en français par Marcel Charbonnier, qu’on trouve sur le site de Shamir, figure évidemment sur des sites islamistes et des sites d’extrême-droite.

7. Shamir multiplie les références à la crucifixion de Jésus, souvent pour en faire porter la responsabilité aux Juifs. Voir notamment « Take Two », 15 avril 2001. Il y écrit que « les forces de la suprématie juive et les adorateurs de la cupidité se sont de nouveau unis pour crucifier le Christ ». Dans ce texte, Shamir prétend que la situation actuelle au Moyen Orient est la répétition (« Take two », « la seconde prise », en terme cinématographique) de la crucifixion de Jésus. Shamir présente cette situation comme une « seconde chance » pour les Juifs, qui cette fois, doivent ne pas laisser faire, sans quoi ils mériteront d’être qualifiés de « tueurs du Christ ». Il est clair que pour Shamir, les Juifs méritent déjà cette désignation pour la « première » mort de Jésus.

8. Invité à parler à l’Université McGill au Canada en 2001, Shamir traita de « singe » un rabbin présent, Antisemitism Worldwide 2001/2, Canada, http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw2001-2/canada.htm. Sans doute Shamir n’a-t-il jamais entendu parler du texte ultra-antisémite de Brasillach en 1939, « La question Singe ».

9. Shamir a répété la même ignominie à plusieurs reprises. Le 14 août 2002, dans un texte intitulé « take the money and run », Shamir a écrit que les Etats-Unis ont bombardé « l’Allemagne et la France parce qu’elles avaient offensé les Juifs ». Shamir tente de suggérer par la même occasion que le bombardement de, c’est-à-dire la guerre contre, l’Allemagne n’aurait pas été justifié. Dans les « Les oreilles de Midas » (11 mars 2003), Shamir déclare que les Juifs de France, ayant « acheté et subverti » les médias français, ont précipité la France dans la Seconde Guerre mondiale. Ce texte, trop visiblement antisémite, ne se trouve que sur quelques rares sites, dont évidemment, le site négationniste de l’aaargh.

10. « Liaisons dangereuses. Est-ce le commencement de la fin pour l’ascendant juif d’après-guerre ? », 23 avril 2002.

11. Ali Abunimah & Hussein Ibish, « Serious Concerns about Israel Shamir », 16 avril 2001, http://www.abunimah.org/features/010416shamir.html

12. « Réponse de Ibish/Abunimah », 18 avril 2001, http://nigelparry.com/issues/shamir/ibishabunimah2.html.

13. « Rock of Dissent », 15 août 2002,. Shamir avance sans rire que ce qu’on a à reprocher aux nazis de la National Alliance relève plus du vocabulaire que des idées. La National Alliance a été fondée par William Pierce, un ancien collaborateur du Führer de l’American Nazi Party, Georges Lincoln Rockwell. Pierce a également cotoyé l’un des plus féroces racistes américains, Willis Carto (par ailleurs fondateur du principal groupe négationniste américain). Auteur des Turner Diaries, une fiction faisant l’apologie de la guerre raciale, qui inspira l’action violente d’un groupe paramilitaire nazi issu des Aryan Nations, Pierce demeure l’idéologue de référence des extrémistes racistes et antisémites américains, et la National Alliance, l’un des groupes néo-nazis les plus représentatifs. Voir James Ridgeway, Blood in the face, The Ku Klux Klan, Aryan Nations, Nazi Skinheads and the Rise of a New White Culture, Second edition, Thunder’s Mouth Press, 1995. Jeffrey Kaplan et Leonard Weinberg, The Emergence of a Euro-American Radical Right, Rutgers University Press, 1998; notamment pour les délires antisémites de la National Alliance — appels implicites au génocide —, voir p. 69-70.

14. On reste parfois pantois. Shamir considère par exemple que les Juifs sont « ceux qui ont rejeté le Christ [ce pourquoi ils] ont été condamnés à errer jusqu’à ce qu’ils comprennent leur erreur. » (Israel Shamir, L’autre visage d’Israël, Editions Balland/Editions Blanches, 2003, trad. fr. Marcel Charbonnier, texte établi par Maria Poumier, p. 56). Le texte intitulé « Ode à Farrès ou le retour du chevalier » avait été publié dans une première version anglaise le 10 mai 2001 (« Ode to Farris »). La phrase citée ici n’y figurait pas. Shamir a profité de la publication, en 2002, d’un florilège de ses articles pour rajouter que « those who rejected Christ were doomed to wander until they see the error of their ways ». Signalons encore que Maria Poumier qui a établi le texte de l’édition française des textes de Shamir, est très proche des milieux négationnistes français, dont elle assure à l’occasion la publicité ou la défense... Poumier est une groupie de Shamir (« le meilleur juif russo-palestino-israélien au monde, très très très important écrivain, et il vous expliquera que les gens qui vous traitent d’antisémites, c’est eux, qu’on doit et qu’on peut ratatiner » écrivait-elle en juin 2002 sur la liste de diffusion « CubaSolidarityProject ») de longue date. Elle n’hésite pas à l’occasion à relayer des « lettres d’information » d’extrême-droite à ses amis procastristes (Message de Maria Poumier le 13 février 2003, relayant Faits&Documents 110). Elle y retransmet également à l’occasion la Gazette du Golfe et des Banlieues du négationniste Serge Thion (message du 2 avril 2003).

15. Ali Abunimah & Hussein Ibish, « Serious Concerns about Israel Shamir », 16 avril 2001, http://www.abunimah.org/features/010416shamir.html

16. Comme il le confia lors d’une « très chaleureuse soirée » passée avec les négationnistes de l’aaargh en 2001, aaargh, Actualités de septembre 2001.

17. Ses collaborations aux organes de la presse israélienne semblent avoir été cependant beaucoup plus épisodiques que ce que suggèrent les thuriféraires de Shamir. De même, le succès et le caractère prolifique de sa production littéraire semblent ne devoir concerner ni l’hébreu, ni l’anglais. Peut-être le Russe. La plupart de ses exploits littéraires semblent invérifiables...

18. Mikhail Agursky, « We mustn’t shun the russian right » Jerusalem Post, 15 août 1991, p. 6.

19. Ibid.

20. Ibid.

21. Message envoyé sur plusieurs forums de discussion Usenet le 18 octobre 2000, Message-ID: <8sjfs5$5a6$1@news.netvision.net.il>. le 21 octobre, Shamir postait un article de Prochanov [Prokhanov], un intellectuel extrémiste fasciné par la « Nouvelle Droite » française (voir Walter Laqueur, Histoire des droites en Russie. Des centuriesnoires aux nouveaux extrémistes, Michalon, 1996) responsable de Zavtra; La posture idéologique de Prokhanov et Zavtra relève en fait de l’idéologie « rouge-brun ». Parmi les forums choisis par Shamir figurait alt.revisionism, connu comme le défouloir des négationnistes: Message-ID: <8srvfo$8oj$2@news.netvision.net.il>. Le 23 mai 2001, le “Point Information Palestine”, de l’AMFP, publiait une lettre de Shamir faisant une fois de plus la publicité de Zavtra, mais également un texte de Prochanov: http://yalla.free.fr/infospal/149_23-05-2001.html

22. Le 15 décembre 2000 Ukar (Urkrainian Archive) site ukrainien antisémite, publie sous le titre « The Lousiness test », un article de Shamir paru dans Zavtra le 31 octobre précédent, qui deviendra connu dans une autre traduction sous le titre « Acid test failed ».

23. Début février 2001, le négationniste Michael Hoffman publie sur son site un autre article, « The Jews of Russia and Palestine: A Comparison », de Shamir paru dans Zavtra, le 31 octobre 2000. Hoffman est un fanatique raciste illuminé, proche des Aryan Nations, adepte des théories de conspiration et d’OVNIs, ayant fait de la prison pour attaque à main armée sur une pharmacie de Geneva, NY, pour vol de produits stupéfiants.

24. « L’effondrement de l’Union soviétique a été pour moi une gigantesque tragédie personnelle » déclare Shamir en 2003, lors d’une interview dont la traduction française est donnée dans la parution du négationiste Serge Thion, la Gazette du Golfe & des Banlieues, nouvelle série n°28 (25 août 03), reproduit sur http://www.geostrategie.com/cogit_content/verbatim/Questi...

25. « Les oreilles de Midas ». L’hypocrisie de Shamir et de ses diffuseurs francophones, est consommée: sur le site de celui-ci, on retrouve bien le texte en anglais, en espagnol, mais pas en français, pourtant traduit par le même personnage que les autres textes...

 

Désolé pour ce "Copier/Coller" . J'emploie un outil dont se sert un ami qui ferait mieux de réviser ses sources ou alors d'assumer ses sentiments .

 

A plus, c'est celà oui .



14:06 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/09/2005

Quand on gratte un peu .

"
NATIONS UNIES - Un petit nombre de pays tient en otage le sommet des Nations unies sur les droits humains, la sécurité et la pauvreté
Popularité :5%

"Index AI : IOR 41/057/2005

DÉCLARATION CONJOINTE D’AMNESTY INTERNATIONAL, DE HUMAN RIGHTS WATCH, D’OXFAM INTERNATIONAL ET DE L’APPEL MONDIAL À AGIR CONTRE LA PAUVRETÉ

Amnesty International, Human Rights Watch et Oxfam International lancent un appel à un petit nombre de pays « causeurs de troubles » pour qu’ils cessent de tenir en otage le sommet des Nations unies à propos de mesures cruciales concernant les droits humains, la sécurité, les actes de génocide et la réduction de la pauvreté. Ces gouvernements ont provoqué une crise dans les négociations sur le projet de déclaration finale, à quelques jours seulement de la plus grande réunion de dirigeants mondiaux de l’histoire, qui doit se tenir à New York du 14 au 16 septembre.

Les trois organisations, ainsi que l’Appel global à agir contre la pauvreté, plus grand mouvement de lutte contre la pauvreté, ont déclaré que les actions d’un petit nombre de pays menaçaient de saborder le sommet. Les objections élevées par certains de ces États semblent avoir pour but de bloquer l’adoption d’un accord significatif plutôt que de renforcer le courant actuel ou de soulever des préoccupations légitimes. La façon de faire de ces pays varie selon les sujets, mais à elles toutes, leurs actions sont en train d’affaiblir sérieusement les projets d’accord sur le Conseil des droits humains, la réduction de la pauvreté ou la prévention des actes de génocide, en dépit du soutien d’une majorité de gouvernements en faveur de ces mesures.

Oxfam s’inquiète particulièrement de voir qu’un petit nombre de pays sont déterminés à bloquer une mesure historique en préparation concernant la « responsabilité [des gouvernements] de protéger les civils », qui pourrait empêcher à l’avenir que ne se reproduisent des génocides tels que ceux du Rwanda. Les pays essayant de bloquer cette mesure sont l’Inde, l’Égypte, l’Algérie, le Pakistan, le Vénézuéla, Cuba, l’Iran, la Syrie et la Russie. Les États-Unis essaient également d’affaiblir la mesure en proposant à présent de remplacer « l’obligation » de protéger par « la responsabilité morale ».

« Les gouvernements africains faisant pression en faveur de l’adoption d’une mesure visant à prévenir les actes de génocide demandent au monde d’agir, a déclaré Nicola Reindorp, qui dirige le bureau new-yorkais d’Oxfam. Pourtant un petit groupe de gouvernements « causeurs de troubles » semble déterminé à briser tout espoir d’accord sur un agrément qui pourrait sauver des vies. »

La proposition de créer un nouveau Conseil des droits humains faisant davantage autorité, siégeant tout au long de l’année, apte à traiter de la question des droits humains dans tous les pays et disposant d’un véritable mandat pour pouvoir faire face à toutes les situations en matière de droits humains, doit être l’une des principales réalisations de ce sommet. Une écrasante majorité d’États de toutes les régions du monde l’ont approuvée. Amnesty International et Human Rights Watch ont exprimé leur préoccupation, cependant, face au blocage exercé par une quinzaine de pays, menés par Cuba et comprenant le Vénézuéla, le Myanmar, le Turkménistan, le Pakistan, la Biélorussie, le Vietnam et la Syrie qui empêchent toute avancée concernant cette importante réforme.

« La possibilité de voir un petit nombre d’États, affichant un bilan profondément préoccupant en matière de droits humains, bloquer la création d’un organisme de défense des droits humains plus efficace, a un côté ironique mais surtout honteux », a déclaré Peggy Hicks, directrice en charge de la campagne de sensibilisation mondiale de l’organisation Human Rights Watch.

« Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants attendent de ce sommet quelque chose de mieux que des négociations sans scrupules sur les droits humains, a déclaré Yvonne Terlingen, représentante d’Amnesty International auprès des Nations unies. Seule une réforme forte et ambitieuse peut dépasser la politique politicienne, le double système de valeurs et la sélectivité qui ont terni l’image de la Commission actuelle des droits de l’homme. Les dirigeants du monde doivent se comporter en visionnaires et avec hardiesse pour ne pas gaspiller cette occasion unique. »

Les États-Unis ont également proposé de supprimer certains passages concernant la réduction de la pauvreté, notamment ceux relatifs à l’aide au développement à l’étranger, à l’éducation et à l’allègement de la dette et de rayer du texte l’expression « Objectifs de développement du Millénaire » - sur lesquels la communauté internationale s’est mise d’accord dans le but de faire diminuer de moitié la pauvreté dans le monde. En outre, les États-unis veulent supprimer toute référence à des contrôles concernant les armes de petit calibre dans le document final.

« Nous courons maintenant le danger réel de voir les engagements qu’avaient pris certains gouvernements il y a cinq ans, à propos de la réduction de la pauvreté, remis gravement en cause au sommet des Nations unies, a déclaré Kumi Naidoo, qui préside l’Appel mondial à agir contre la pauvreté. Nous ne pouvons permettre que des pays en voie de développement soient poussés à donner leur accord à un document final qui lèsera la majorité des peuples. »

Complément d’information :

Responsabilité de protéger : cette mesure impliquerait que les gouvernements s’accordent à reconnaître qu’il leur incombe de protéger les civils face à des actes de génocide, crimes contre l’humanité, nettoyage ethnique et crimes de guerre, lorsque le gouvernement des pays concernés n’a pas la volonté ou la capacité de le faire. Parmi les pays tentant de bloquer cette mesure figurent l’Égypte, l’Algérie, le Pakistan, le Vénézuéla, l’Inde, la Russie, Cuba, l’Iran et la Syrie. Les États-Unis ne veulent pas se retrouver dans l’obligation d’agir dans ce cas de figure. La majorité des États, notamment le Groupe des États africains, l’Union européenne, le Chili, l’Argentine, le Pérou, le Japon, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada sont favorables à ce que le sommet entérine cette « responsabilité de protéger »."


Ben voilà, quand on gratte un peu, on se rend compte qu'il est possible de trouver des points communs entre des "personnages" qui se disent diamétralement opposés . Finalement Castro, Bush et Chavez sur les droits huamins c'est le même combat .

A plus, c'est celà oui .

09:22 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

23/09/2005

LE PAYS DES DROITS DE L'HOMME !

"L'appel deviendra exceptionnel en justice civile

LEXPRESS.fr avec Reuters

Le gouvernement a confirmé un projet visant à limiter les possibilités d'appel dans les procédures judiciaires civiles, où se traitent des centaines de milliers de litiges de la vie quotidienne ou économiques chaque année.

Le projet de décret a été envoyé au Conseil d'Etat pour avis. Il devrait être publié à l'automne, pour une entrée en vigueur au début 2006, a-t-on appris de source autorisée.

La justice civile traite les conflits entre consommateurs et entreprises, entre usagers et services publics, entre copropriétaires ou encore entre héritiers.

Dans la plupart des procédures, la justice pourra désormais rejeter automatiquement les appels introduits par des personnes condamnées si elles n'ont pas exécuté à titre provisoire les sanctions ordonnées par le jugement de première instance.

Actuellement, l'appel suspend l'exécution du premier jugement. Mais la procédure se prolonge souvent durant plusieurs années à cause de l'engorgement des juridictions françaises,

Le projet de décret prévoit que l'exécution provisoire du premier jugement ne pourrait être refusée que dans les cas où elle entraînerait des "conséquences manifestement excessives".

Le texte prévoit également de légaliser l'utilisation de l'électronique pour les convocations, procédures diverses et transmissions de pièces."
 
Pour les "conséquences manifestement excessives" on laissera apprécier par les représentants d'un pays où une telle loi sera mise d'application, ça promet ...
 
A plus, c'est celà oui

12:39 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

16/09/2005

It's always darkest before dawn .

En cette période de record du monde de lancer du prix du barril de brut, on ne peut pas dire que le moral des gens soit au Zénith . Tout le monde ou presque se demande comment il sera possible de conduire sa voiture et de se chauffer cet hiver .Moi-même franchement, je ne ris pas quand je pense qu'il faudra bientot remplir ma cuve à mazout (rien qu'à l'idée que mon pognon va chez des Ricains spéculateurs ou chez des Arabes rieurs me donne des frissons) . 
 
Bref, c'est le tableau noir dans toute sa splendeur . Et puis hier, que vois-je ? Les véhicules Diesels peuvent rouler avec de l'huile végétale (en réalité ça je le savais) ou avec de l'eau !!!
 
Bien sûr, je n'ai pas encore fait l'expérience forcément : je roule au super sans plomb . Mais je jure que si je roulais au Diesel j'aurais déjà tenté l'expérience . Tout comme je pense que tout qui voit en la fin du pétrole l'apocalypse ou tout qui a un peu de conscience écologique se doit de s'être renseigné sur cette alternative .
 
Maintenant, je crois que quelques personnes doivent tirer une drôle de gueule : 1. l'inventeur du moteur diesel à eau (qui d'ailleurs si il a révélé son système n'a pas révélé son identité), qui doit se douter que quelques saoudiens et texacotiens ont très envie de lui faire passer le gout de la gaudriole .
2. les mêmes qui ne doivent pas rigoler en se disant qu'ils vont peut-être devoir arrêter de boire de l'eau et qu'ils vont devoir mettre du pétrole dans leur Ricard .
3. les ministres de l'économie qui doivent se demander si mettre des taxes sur l'eau (pour l'huile végétale de roulage c'est déjà fait) sera bien accepté par la population . Moi je leur donne une idée, faire comme avec le mazout mettre un colorant dans l'eau de roulage (de la grenadine par exemple) .
 
Enfin voilà, si je sais que ce ne sont que prémices, les énergies alternatives existent et j'espère vraiment qu'elles vont se développer (notez y a pas de raisons pour que ça s'arrête) . Ca règlera bien des choses et c'est tant mieux .
 
A plus, c'est celà oui .
 
 
 
 

22:50 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook |