15/06/2005

morts les enfants

Beslan ou les enfants oubliés, alors que le drame du 11 septembre est encore dans toute les mémoires, les enfants sacrifiés de Beslan disparaissent assez rapidement de la mémoire collective .
 
Mon propos aujourd'hui n'est pas d'analyser la notion de mémoire sélective, mais de parler du fameux crime contre l'humanité . Pour moi, c'est très clair, tout qui délibérément cible un enfant afin de faire connaître sa cause commet un crime contre l'humanité . Bien sûr, il est toujours possible et indispensable d'analyser ce qui pousse des hommes à passer de l'autre coté du miroir ; bien sûr il faut lutter avec les armes de la démocratie pour éradiquer les causes de ce qui fabrique les terroristes . Mais analyser, c'est bien différent de comprendre et à fortiori d'excuser ou donner une once de légitimité à un tel acte . Pour aller plus loin, je pense que tout qui veut excuser d'une manière ou d'une autre un tel acte commet également un crime contre l'humanité .
 
A Beslan, des enfants sans défense ont été pris pour cible, enlevés, exhibés, humiliés, transformés en instruments de propagande. Car si les populations civiles sont, depuis longtemps déjà, des cibles privilégiées pour les belligérants ; désormais elles sont utilisées, avant d’être sacrifiées, pour marquer au fer rouge les opinions publiques. En effet, les images sont la principale arme choisie par la partie militairement la plus faible pour traumatiser le camp adverse. Ces groupes armés n’ont pas seulement commis des violations du droit international (et pour moi au moins un crime contre l'humanité), ils ont démontré qu’ils avaient compris qu’une guerre se mène désormais aussi par écrans de télévisions interposés.Contrecarrant le phénomène de banalisation des attentats - en Israël, en Irak, en Afghanistan etc. -, ils ont imaginé une dramaturgie au suspense et à l’effet médiatique garantis.
 
Bien sûr, une réponse exclusivement militaire - celle que semblent privilégier Messieurs Bush et Poutine - à cette insensée escalade sur l’échelle de la terreur est vouée à l’échec car, à ce jeu, la partie la plus faible trouvera toujours le moyen d’imaginer, dans un monde dominé par les images, de nouveaux scénarios qui touchent là où ça fait le plus mal. Et donc d'encourager le phénomène plutôt que l'éradiquer .
 
Tout celà n'empêche que tout être humain qui s'en prend à un enfant afin de faire passer un "message" ou pour un but politique quelconque commet un crime pire qu'un crime contre l'humanité, un crime contre l'enfance . A partir de là, tout dédouanement est impossible voire même complice .
 
Je n'oublie ici aucun enfant dont la mort a été légitimé par une cause car par définition cette cause devient une infamie .
 
A plus, c'est celà oui .
 

11:16 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

jean beaux texte...
source...

Écrit par : quaeps | 15/06/2005

jean selon l'UNICEF, en Irak, 500 000 enfants de moins de cinq ans sont morts entre 1991 et 1998 des suites de la guerre et de l'embargo...
les crimes de Beslan, INJUSTIFIABLES, ont été, en occident, très médiatisé(le sujet, la couverture, l'émotion, tous les éléments concordaient avec les critères des médias acuels...)...les conséquences de l'embargo en Irak, BEAUCOUP moins...deux poids, deux mesures....

Écrit par : quaeps | 15/06/2005

quaeps merci, quelques sources, mais surtout un avis personnel .
J'ai bien dit que tout acte qui vise délibérément un enfant est un crime contre l'humanité et mon blog s'appelle "monavis" pas "leuravis"
Pour aller plus loin : Hiroshima : crime contre l'humanité
Dresde : crime contre l'humanité
Coventry : crime contre l'humanité
Une bombe qui tombe sur une école et qui visait une ligne de chemin de fer : ignominie, tragédie mais pas crime contre l'humanité .

Écrit par : jean | 15/06/2005

jean tout à fait d'accord...si la cible visée était bien une ligne de chemin de fer(cfr.les bombardements de l'OTAN au Kossovo)
je signalais juste que "tonavis" portait, plus souvent, pas tout le temps, d'un côté que de l'autre....

Écrit par : quaeps | 15/06/2005

quaeps ce qui prouve un certain équilibre plus qu'un aveuglement

Écrit par : jean | 15/06/2005

jean si j'ai dit plus souvent...tu conclus à l'équilibre...

Écrit par : quaeps | 15/06/2005

quaeps j'ai dit certain équilibre pas équilibre certain, je ne me prends pas pour Dieu...moi

Écrit par : jean | 15/06/2005

jean ce que je voulais dire c'est que l'équilibre penche SOUVENT où on te dit de regarder....

Écrit par : quaeps | 16/06/2005

quaeps c'est parfois intéressant aussi .

Écrit par : jean | 16/06/2005

jean oui, surtout pour ceux qui te disent où regarder...

Écrit par : quaeps | 16/06/2005

quaeps c'est pour ça que je dis parfois, et pas jamais car ça ça veut dire uniquement regarder ou d'autres me disent de regarder et donc ça revient au même .

Écrit par : jean | 16/06/2005

jean souvent, parfois, là on joue sur les mots(moi aussi!), et on s'éloigne du fond...

Écrit par : quaeps | 16/06/2005

quaeps ah tu as remarqué aussi ; pas de barbec' chez Alexis samedi .

Écrit par : jean | 16/06/2005

Les commentaires sont fermés.